Décryptage

Nous ne cessons de faire le constat de la dérive idéologique et autoritaire dangereuse du maire de Béziers, même ses anciennes colistières le disent! Dans une interview fracassante parue dans Midi Libre le 18 novembre dernier, Valérie Gonthier ex conseillère municipale donne les raisons de sa démission.

Par Didier

Après les associations, les droits de l'hommistes, l'opposition de droite et de gauche, les employés municipaux, les ex soutiens politiques . . . le clergé, nouvelle cible de R. Ménard ?

Par Didier

Dans un de nos articles précédents, nous pointions les chiffres vrais d'un Béziers en déshérence économique et sociale. Robert Ménard dans son créneau propagandiste essaie de camoufler cette réalité acerbe, soit en occultant volontairement des faits, soit en les maquillant de sorte que la situation lui soit favorable.

Par DGRojoyVerde,

Ces dernières années, face au péril nationaliste, s'est accrue l'obligation de souscrire au devoir de mémoire. Pour mieux exorciser la possibilité de voir surgir la bête tapie dans l'ombre de nos errements. Parce que l'attraction qu'exerce la commémoration nous plonge dans le siècle de tous les excès, le XXème siècle, qu'il ne faudrait pas rééditer. Et donc, en nous inclinant devant des monuments, en rappelant à la mémoire les erreurs passées, nous devrions éviter de les rééditer.

Par DGRojoyVerde,

Nous sommes arrivés au mi-mandat de Ménard, et il est peut-être temps de s'éloigner de son activisme propagandiste, de ses sorties médiatiques, de son coûteux budget de communication (« son » JDB, ses multiples campagnes d'affiches, ses invités qui distillent tous la même parole « libérée » (?)...) et d'analyser certaines de ses initiatives qui illustrent bien son orientation antisociale.

Par Jean-François Gaudoneix,

Je n'en avais pas parlé depuis longtemps (voir Envie à Béziers N° 10), mais j'ai continué à le fréquenter, et à prendre beaucoup de plaisir à discuter avec les gens, les forains et les vendeurs de fruits et légumes, le boucher, les poissonniers.

Par Eva D.

Les salariés des services municipaux biterrois se sont mobilisés ces dernières semaines au travers de deux rassemblements sous les fenêtres de leur employeur le maire Robert Menard. Cette mobilisation casse l'image d'Épinal que proposait le maire, à savoir l'image de services municipaux sans conflit depuis son arrivée à l'Hôtel de Ville en mars 2014.

Propos recueillis par Didier

En pendant de la rubrique " sous le FN la plage ! " , nous avons décidé de créer cette nouvelle rubrique : dans les laboratoires de l'extrême droite. Nous y rendrons compte des attaques sociales, syndicales, associatives, culturelles, politiques . . . qui sont menées par l'extrême-droite contre les libertés et le vivre ensemble.
par Didier

« 33% des habitants de Béziers vivent sous le seuil de pauvreté. Un languedocien sur cinq considéré comme très pauvre » titrait il y a quelques mois le Midi libre. Face à ce constat amer, les 900 travailleurs sociaux du Conseil Départemental (1) sont de plus en démunis pour soutenir les populations défavorisées.

Par Clairette,

En pendant de la rubrique « sous le F.N la plage ! », nous avons décidé de créer une nouvelle rubrique : « Dans les laboratoires des villes administrées par l'extrême-droite ».

Par Didier,

Pourquoi cette affiche est choquante, au-delà du mépris, du racisme et de la haine qu'elle convoque, de la part de notre très catholique Maire ?

Par Clo,

Dans cette ville livrée aux affres de notre communicant en chef, j'ai nommé el pequeno caudillo Robert Ménardo, nous sommes exposés par une propagande d'un autre âge à une longue litanie de chiffres tous plus incertains et sujets à caution les uns que les autres.

par DGRojoyVerde,

Victoire, il est signé, le CETA, traité de libre-échange entre le Canada et l'Union Européenne !

Par Khan Did,

De Gaulle, en 1961, redoutait que « si, par malheur, nous laissions le tracassin, le tumulte, l'incohérence que l'on connaît, s'emparer de nos affaires », ce soit « l'abaissement... »

Par Khan Did,

A propos de Souvenirs obscurs d'un juif polonais né en France de Pierre Goldman
Ce livre est fort car il est écrit en prison par un homme qui oscille entre soif de justice, vérité, mysticisme, nostalgie, fierté et fragilité. 

par DJRoyVerde,