Billets d'humeur

Aujourd’hui, la « mode » pour la municipalité, ce sont les affiches vieillottes des férias d’antan. On cherche à draguer l’électorat de la population vieillissante, tout en flattant l’égo blessé du Biterrois.

Par Ursula

Il est intolérable que, pour cette activité militante qui les réunit, trois citoyens soient désignés à la vindicte populaire, photos, montages, noms, prénoms, captures d'écrans et rapprochements hasardeux et malveillants à l'appui, sous l'étiquette de « militants de la haine » par le journal municipal dirigé par son rédacteur en chef.

Par Khan Did

Béziers, terre de mission de saint Ménard apôtre du christ'nanisme municipal. Au moment où l'église catholique et chrétienne appelle ses fidèles à accueillir des réfugiés et des migrants partout dans le monde, le chrétien dissident et schismatique saint Ménard bascule vers l’hérésie en créant sa propre église : le christ'nanisme municipal.

Par Didier

Loin d’être le journal de tous les Biterrois, le journal de Béziers n'est que l'outil de propagande de la municipalité FN de Béziers.
 C'était déjà insupportable, et indigeste ! Nous ne pouvons accepter, en plus, que le torchon municipal soit un outil public de délation et de calomnie !

Par Didier

Cette semaine, par un ciel d'un bleu glacé, sont arrivés les oiseaux migrateurs dans le jardin de Zoé. C'est sa voisine qui lui a demandé de les prendre, car elle avait peur que son mari, qui les trouvait bruyants et sales, ne leur tire dessus.

Par Khan Did

Le groupe de pression de la T.E.U.B. (« Tradition d'Éducation Ursuline en Biterrois ») nous fait part de ce communiqué de presse.

Par Ursula

Les migrations humaines ont marqué toute notre histoire depuis ses origines. Elles ont permis à l'Homme d'occuper progressivement presque tout l'espace terrestre.

Par Khan Did

Des camions sono en pagaille, des murs de son de plusieurs mètres de haut, des watts en veux-tu en voilà, des milliers de raveurs (8 000 selon les organisateurs), des arènes quasiment pleines… La deuxième Christ party de l'ère Ménard a battu tous les records d'audience dans les arènes de Béziers.

Par Didier

Dans son acharnement à transformer Béziers en Luna Park pour nostalgiques du « bon vieux temps », et pour petits crétins blonds béats devant une grande roue, le maire Ménard s’est investi dans le transport gratuit, qu’il avait récemment fait supprimer, au moyen de deux bus dits « ludiques » tournant entre Allées et Polygone.

Par J.F. Dubremetz

 

« L'affaire de la crèche » se trouve sur une double page, pp. 16-17, du Journal de Béziers (JDB) n°18 du 1er Août 2015. Cette annonce est suivie d'une photographie. Une femme reçoit une fessée par un homme en colère, Harold Lloyd, l'acteur de films burlesques. Mais la scène n'a rien de comique.

Par Sylvie Goupille

La Loi du Marché s'impose désormais dans toutes les sphères de la vie : la vie humaine et celle de toutes les espèces vivantes. Crimes d'État, commerces des armes en hausse, flicage des corps et des âmes, mafias du foot, de la coke, des passeurs, des trafiquants d'organes, tous ne tiennent qu'au prix d'une falsification de la langue.

Après un an de règne, le problème municipal de la virilité se pose avec autant d'acuité.
On n'a pas oublié le gros Beretta des gardiens de la paix, l’« ami de la police ». En mai, dans le JDB, une série télévisée faisait naître la nostalgie de l'époque de la prohibition avec « son machisme », ses whiskies bien tassés et ses gros cigares.

Comment faire pour ne pas rester groupusculaire ? Comment participer, ici et maintenant, à toutes les actions sans négliger l'objectif global ?

À chaque numéro du JDB son fil conducteur. Ce mois-ci c'est les couilles, donc boules conductrices, restons cohérents. Noël est encore loin. L'ouverture de la saison de pétanque approche...

Les aventures du baron noir : le baron noir lave plus blanc

Le baron noir n'arrête pas de faire le ménage sur sa ville. Après le linge aux fenêtres, les paraboles, les mineurs seuls le soir, les pauvres, les musulmans, les 64 % de prénoms étrangers.