Annoncé par de belles affiches municipales, le rayonnement de Béziers va enfin advenir. Car, en 2018, le « rayonnement » était très spécial.

Par Khan Did,

Rayonnement de la pauvreté, qui la hisse au rang de 2ème ville d'Occitanie avec 33.5 % de taux de pauvreté.
Rayonnement de l'élégance et du goût avec la Grande Roue immobile assurant la transition entre la perspective des Allées Paul Riquet bordées de platanes et celle du Plateau des Poètes, œuvre somptueuse des frères Buhler, paysagistes de la fin du XIX° siècle ; finesse de la dorure à l'or fin de deux statues en bronze de la Vierge, dont l'une, figure de proue de l'église romane St Jacques, rehausse celle-ci et illumine de son clinquant la plaine de l'Orb.

Rayonnement de l'abandon des écoles de la ville dont on s'aperçoit en urgence quand un plafond tombe que, tiens, va falloir les entretenir.

Rayonnement de la gestion dure et préjudiciable à leur efficacité des services municipaux (cf les suppressions de postes, les éventrations successives de la voirie pour d'interminables travaux et, hors les pavages et repavages du Forum et de la Madeleine, les trous, bosses et dénivelés dangereux).

Rayonnement du mal-logement, malgré la rénovation des façades, les logements vacants de l'ordre de 17 000 augmentent de 4,4 % par an, malgré un solde démographique positif.

Rayonnement de la cohérence municipale ; par exemple : vote unanime de l'implantation d'un incinérateur en 2015, suivi de deux articles incendiaires sur les dangers dudit dans le Journal de Béziers en 2016, puis octroi d'un permis de construire en 2017...

Rayonnement de la provocation avec le nouvel épisode de la crèche installée illégalement en mairie puis projetée sur le parvis ; s'il pouvait nous l'administrer en suppositoire...

Rayonnement du discours clivant : célébration municipale d'Hanouka, fête juive des lumières au début janvier, mise sous tutelle de la police municipale de la médiation civile de Béziers, invitation répétée de l'inénarrable Eric Zemmour, sa distorsion de l'histoire et ses thèses islamophobes.

Bonne année, Béziers !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok