"La loi, c'est la loi", pouvait-on lire à la une du Journal de Béziers du 15 octobre 2018. Le maire de Béziers, directeur de cette publication financée par le contribuable local, rappelle que chaque citoyen doit se soumettre à la loi. 

Par JC,

laloiclaloi3

Mais respecte-t-il lui-même la loi dont il est le gardien sur le territoire communal ? Les faits démontrent que Robert Ménard est un grand contrevenant aux dispositions législatives et réglementaires qu'il entend faire appliquer...aux autres. En effet, le véhicule avec chauffeur dans lequel se déplace le maire de Béziers arbore, entre autres colifichets apposés sur le pare-brise, une cocarde tricolore. Or, l'article 50 du décret n° 89-655 du 1er septembre 1989 relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires, précise que l'utilisation de cocardes et insignes particuliers aux couleurs nationales sur les véhicules automobiles est interdite.

Sauf en ce qui concerne le président de la République, les membres du gouvernement... et quelques autres hauts représentants de l'État et de la nation. Le ministre de l'intérieur ajoute qu'il s'agit d'une liste limitative et que l'usage des cocardes par d'autres autorités, notamment les maires et leurs adjoints, est donc dépourvu de base légale.

Ménard se prend pour le président de la République

Rappelons à Robert Ménard que l'usage illégal de la cocarde tricolore est réprimé par l'article 433-14 du code pénal qui punit d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende le fait d'user, publiquement et sans droit, d'un insigne réglementé par l'autorité publique. "La loi, c'est la loi"...mais un Ménard, ça ose tout, et c'est même à ça qu'on le reconnaît !

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok