Les 30 et 31 mars 2019, lors des rencontres de l’immobilier biterrois qui réunissaient les professionnels du secteur, Arthur Bories, notaire à Villeneuve les Béziers, a présenté au cinéma le Polygone, le bilan 2018 du marché de l’immobilier. Un bilan 2018 qui contredit l’autosatisfaction municipale.

par Didier

A entendre le maire de Béziers dans ses interviews, ses prises de paroles et ses écrits, Béziers serait devenu la ‘’ place to go’’ pour l’achat de logement. Réussite qui scellerait la rénovation urbaine menée dans l’hyper centre-ville.

Les habitants de Béziers sont habitués à l’autocongratulation municipale. Mais bien souvent les chiffres viennent contredire les autosatisfecit du maire. C’est une nouvelle fois le cas pour les prix à la vente de l’immobilier à Béziers. Dans sa communication, la chambre des notaires précise que les chiffres donnés sont des chiffres attestés et non des tendances. Ces chiffres sont issus du fichier Perval qui est une base de données que les notaires ont obligation de remplir après chaque vente. Ces chiffres sont ceux utilisés par l’INSEE dans le cadre de ses recherches. Ils sont enfin différents de ceux fournis par les agences immobilières, qui eux sont partiels.

Le prix médian de vente d’un appartement ancien est de :

3150 euros le mètre carré sur le littoral,

2600 euros le mètre carré à Montpellier,

1040 euros le mètre carré à Béziers.

Pour Béziers le même prix médian était de 1020 euros le mètre carré lors du bilan fourni au fichier Perval en 2017. Il y a donc une hausse de 20 euros sur un an. Nous sommes donc loin de l’embellie évoquée par le maire de Béziers.Si l’on rentre dans le détail du fichier Perval, Béziers est découpé en trois zones :

A l’est les logements anciens ont un prix médian de 1450 euros le mètre carré,

Au nord le prix médian est de 1100 euros le mètre carré,

Dans le centre historique le prix médian tombe à 900 euros le mètre carré.

Une des premières constatations qui s’impose est que les travaux pharaoniques menés dans le centre historique n’ont pas entraîné la ruée vers l’or annoncée par le maire de Béziers. Reste bien sûr à mesurer les différentes actions du contrat action cœur de ville signé fin 2018 mais ce sera lors du bilan 2019.

Pour ce qui concerne les appartements neufs le prix médian est de :

3820 euros au mètre carré au niveau départemental,

3140 euros au mètre carré à Béziers.

Là aussi le fichier Perval note une légère augmentation de 0,4 % sur un an. Pas de quoi crier là aussi à l’embellie.

Pour ce qui concerne les terrains à bâtir, Béziers est intégré dans une rubrique plus large qui comprend la ville et ses alentours. Le prix médian d’un terrain à bâtir est de :

63 800 euros dans le biterrois,

80 000 euros dans les hauts cantons

134 400 euros en périphérie de Montpellier.

Là aussi pas de raz de marée vers les terrains à bâtir à signaler dans le biterrois.

Enfin et pour terminer le prix de vente médian des maisons anciennes est de :

291 800 euros dans le Montpelliérain,

283 000 euros dans Montpellier,

387 000 euros à Castelnau le lez

175 000 euros dans le biterrois,

161 500 euros dans les hauts cantons,

148 500 euros dans Béziers.

Le prix de vente médian des maisons anciennes est donc inférieur dans Béziers ville de 26 500 euros par rapport au prix médian dans le biterrois.  Ce qui signifie en clair que la valeur marchande des maisons anciennes est supérieure dans l’agglomération biterroise. Ce qui invalide une fois de plus les rodomontades municipales.

A Béziers, il est sûrement grand temps de définir ce que l’on entend par attractivité. Car une ville n’est pas seulement attractive par le montant de ses loyers.

 La ville est avant tout un espace partagé. Penser cet espace ne se fait pas avec comme ami un revolver ou une calculatrice. C’est pourquoi le maire actuel est hors-jeu pour mener ce changement.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok