Des dizaines de milliers de personnes qui manifestent pour l’accès au logement dans les grandes villes et contre la hausse du prix des loyers, c’est en ce moment dans les grandes villes allemandes.

Par Didier

Ce printemps, les touristes qui visitent Berlin découvrent un immense cahier de doléances mural sur les fenêtres et balcons de la capitale. Ces pancartes dénoncent :"l’arrêt de la valse des expulsions", le délire de l’explosion des loyers", et revendiquent "le droit de vivre et de se loger à Berlin".

L’Allemagne comptait encore 4 millions de logements sociaux au milieu des années 2000. Elle n’en possède plus aujourd’hui qu’un million. Cette situation est la résultante de plusieurs vagues de privatisations. Résultat des courses, les loyers ont doublé en 10 ans à Berlin !  Certes la gentrification est à l’œuvre partout en Europe, particulièrement dans les capitales et les grandes villes. Mais elle est particulièrement forte en Allemagne ou la spéculation immobilière sévit à l’échelle du pays.

Ceux qui en profitent le plus sont DEUTSCHE WOHNEN et VONOVIA deux groupes immobiliers côtés en bourse qui viennent de racheter à eux seuls 200 000 appartements dans la capitale Berlinoise. En 2018 Vonovia a ainsi augmenté son loyer moyen de 4,2 % sur les 350 000 logements qu’elle possède dans le pays. 

En Allemagne comme en France le contrôle des pouvoirs publics est strictement municipal. Les associations de locataires se tournent donc naturellement vers les municipalités pour imposer une remunicipalisation des loyers. Pour ce qui concerne Berlin, si elles parviennent à recueillir 20 000 signatures dans les 6 prochains mois, puis en suivant à recueillir le soutien d’au moins 170 000 électeurs d’ici février 2020, elles pourront alors demander la convocation d’un référendum d’initiative populaire pour ou contre la remunicipalisation. Plus de la moitié des Berlinois soutiennent cette démarche

A Berlin, la ville est dirigée par une coalition verte / gauche et extrême gauche ( SPD / Verts / Die Linke ) qui soutient la revendication de remunicipalisation des logements sociaux portée par les associations de locataires.

Face à une telle revendication de contrôle municipal sur le prix des loyers, on peut se demander ce que ferait le maire de Béziers . . .

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok