Le mal logement est un problème national mais particulièrement présent à Béziers. L'association Casa Solidaris œuvre pour l'insertion et le logement solidaire en Biterrois. Elle vient apporter sa petite pierre pour tenter, à son niveau, d'améliorer la situation. Entretien avec Marilyne Coulot, sa présidente.
Propos recueillis par Robert Martin lors d' " En Vie à Béziers, l'émission " et retranscrits par Emma.

Robert Martin : Marilyne Coulot, bonjour, nous nous étions déjà rencontrés lors de l’émission Vivre ici sur Radio Pays d'Hérault. A l’époque, en 2017, vous recherchiez des financements pour réaliser votre premier projet. Où en êtes-vous ?

Marilyne Coulot: Je voudrais rappeler que l'on veut conduire en faisant du concret. En premier, par l’acquisition d’un immeuble, ensuite sa réhabilitation afin de permettre à certaines personnes de remettre le pied à l’étrier. Nous sollicitons des entreprises pour qu’elles embauchent des précaires qui vont travailler dans ces logements. On essaie de créer des partenariats avec les compagnons bâtisseurs, par exemple, bien que cela n’ait pas pu se réaliser cette fois-ci.

RM : Vous allez avoir du mal, ils vont être très sollicités pour Notre Dame de Paris !

MC: Casa Solidaris ne s’attaquera pas au chantier de Notre Dame de Paris, on ne sera pas en concurrence…Le deuxième axe que nous poursuivons est de proposer des logements à des personnes qui sont dans la précarité. Nous allons proposer à la location deux duplex de 50 m² en automne 2019 à 7 € le m2. Le loyer sera donc de 350€ toutes charges comprises. Lorsqu’on enlève le montant de l’APL (Aide Personnalisée au Logement), cela fait par exemple, pour un couple de plus de 55 ans, demandeurs d’emploi ou allocataires du RSA, un solde à payer de 77 € par mois. Nous sommes bien en dessous du marché puisque celui-ci se situe entre 10 et 13 € le m² soit entre 500 et 650€ pour ce type de logement. Un autre point important, ce sont des logements qui sont voulus non énergivores, c'est-à-dire qu’on a pris énormément de temps à choisir le bâtiment (ensoleillement…), du temps avec les bénévoles de l’association (architectes…) pour choisir les matériaux qui permettent une isolation maximum. A ce titre, on répond à Réglementation Thermique RT 2012 en matière d’énergie et nous sommes donc éligibles à l’ANAH. Un autre objectif consiste à se projeter dans l’avenir en voulant aller au-delà de cette démarche. C’est pour cette raison que nous appelons de nouveaux soutiens afin de démarrer d’autres projets. Ces deux logements seront terminés à l’automne 2019 et mis en location à la fin de l’année. En 2020, on repart sur un nouveau projet en y incluant une démarche d’économie durable qui sera encore plus accentuée. Toute l’équipe de Casa Solidaris y tient beaucoup.

RM : C'est bien la finalité de ce projet qui a été financé par Les petites pierres et des dons individuels ?

MC : et aussi par la fondation Somfy, Schneider électrique et BP plus ainsi que les prêts PLF (aides à la pierre)

RM : Toute votre énergie, toute votre volonté, toute cette mobilisation pour qu’il y ait 2 T3 à 350 €/mois. Est-ce que vous n’avez pas l’impression que Casa Solidaris est un colibri vu les demandes qui existent en matière de logements sur Béziers ? Il faut combien de temps pour régler ce problème ? Se faire plaisir et avoir bonne conscience c'est important mais même si vous amenez une petite pierre à sa résolution, on est loin de résoudre le problème ? Ne serait-ce pas à l’État de prendre ce problème à bras le corps ?

MC : On amène effectivement notre petite pierre et nous n’avons pas la prétention de résoudre le problème. Néanmoins, cette petite pierre n’est pas si modeste que cela parce que le prix de ce loyer qui n’est pas énergivore, ne grève pas le budget des familles modestes dont nous sommes de plus en plus entourés. Je constate la mobilisation des Gilets Jaunes sur les sujets de l'urgence sociale et il est dommage que pas plus de gens ne les suivent parce qu’aujourd’hui, si vous consacrez 77 € par mois pour votre loyer et que vous avez 1 200 € mensuels de salaire pour un couple, c’est autant que vous pouvez réinjecter dans l’économie locale. Et notre volonté est de continuer. Aujourd’hui, si dans un horizon de 5 ans, nous arrivons à réhabiliter 15 logements, ce sera 15 logements de plus qui seront à la disposition de personnes précaires. Maintenant, notre souhait, dans un monde idéal, ce serait qu’il n’y ait plus de taudis pour lesquels les locataires payent 400 € par mois dans les lieux où il fait 10 degrés en hiver.

RM : Avec le problème des logements comme pour la précarité, le travail, le niveau de vie, les salaires, on semble assister à une course à 2 vitesses. 15 nouveaux logements dans cinq ans, c'est génial bien sûr, mais dans 5 ans la demande aura encore augmenté et peut-être que 100 personnes supplémentaires seront dans un besoin urgent de logement. Cette course de vitesse entre un système qui broie, un système qui génère de l’inégalité, de la précarité, de la pauvreté et de la misère et vous qui, avec courage, essayez de trouver des solutions me donne l’impression encore une fois, mais ceci est un peu ma tarte à la crème, d'assister au combat de David contre Goliath ?

MC : Vous avez tout à fait raison, mais si tous les bénévoles prennent votre posture, demain on ne générera plus de nouveaux projets. Or, les personnes qui, aujourd’hui et demain, vont bénéficier de ce type de logements, ce sont des personnes que l’on ne verra plus tendre la main ou vivre dans la rue. Nous, on fait ces projets pour cela et ce sont nos petites pierres à nous.

RM : Merci et bon courage !

MC : Merci à vous de nous avoir invités.

ANAH : Agence Nationale de l’Habitat
RT 2012 : Réglementation qui limite la consommation énergétique à 50Kwep/m2/an
Pour tout complément d’information : www.casasolidaris.fr
Vous pouvez écouter cet entretien dans « En Vie à Béziers, l'émission » sur Radio Pays d'Hérault : https://www.rphfm.org/vie-a-beziers-lemission-dossier-monnaie-libre-june/
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok