En mai 2019, le mouvement de l’habitat participatif a organisé une rencontre à Montpellier. Cette SCIC (société coopérative d’intérêt collectif), tout en étant accompagnatrice de projets, veut également rendre visible et dynamique le « faire et vivre ensemble ». Certains ont connu la colocation, souvent lors de périodes étudiantes, d’autres plus anciens ont fait des tentatives de vi en communauté, à présent reviennent des envies d’habiter autrement.

Par Emma

De nombreux projets voient le jour, soit portés par des collectivités locales soit initiés par des habitants. En effet, «  ces communautés ont décidé de penser autrement, en dehors des cadres connus et de mettre l’humain au centre de toute réflexion et de toute organisation sociale tout en respectant la nature » ( Le département de l’Hérault compte quelques projets réalisés ou en voie de réalisation. A Béziers, un groupe de citoyens réfléchit depuis plus d’un an à monter un projet d’habitat partagé. Une association est née « comme un village ». Nous avons rencontré 3 représentantes de cette association qui ont assisté à cette rencontre à Montpellier.

Emma : Par quel canal avez-vous été informée de ce type d’habitat ?

Comme un village : Il y a longtemps que j’en ai entendu parler, notamment grâce à des exemples en Catalogne. Moi, c’est par la vision de film, de lecture, internet. Et moi c’est très récent mais ayant vécu en colocation à un moment de ma vie, j’ai envie d’expérimenter cette nouvelle façon d’habiter.

Emma : Pourquoi vous engager dans cette démarche ?

Comme un village : Je n’ai plus envie d’être locataire et je n’ai pas envie d’être une propriétaire traditionnelle. Je veux partager un espace de vie collectif avec des lieux personnels, acheter à plusieurs un bâtiment et créer une dynamique différente pour y vivre. Moi, en tant que femme seule avec enfants, je souhaite vivre dans un espace bienveillant avec d’autres familles qui ont aussi des enfants ; et si l’on peut organiser l’espace en y associant des projets socioculturels ouverts sur le quartier, ce serait bien. Mon idée c’est de casser, en quelque sorte, la dynamique de la spéculation immobilière, une autre façon d’accéder à la propriété plus juste. Il est intéressant également de mettre en commun des espaces que l’on n’aurait pas seul.

Emma : Comment fait-on pour monter un tel projet ?

Comme un village : Au départ, notre groupe était composé d’un grand nombre de personnes intéresséEs, nous faisions des réunions régulières qui ont permis à certains de mieux se situer dans leurs objectifs. Certains ont quitté le groupe, d’autres sont arrivés. Comme nous comptons acheter un bâtiment déjà existant que nous allons aménager en conséquence, nous en avons visité certains qui étaient en vente… A présent, nous avons constitué un noyau dur qui se réunit une fois par semaine. Nous travaillons quatre grands pôles : pôle architecture et immobilier, pôle juridique et financier, pôle raison d’être et pôle organisation. Et chaque mois, nous passons une journée tous ensemble, en famille. Nous comptons nous faire aider par le mouvement de l’habitat participatif.

Emma : Avez-vous déjà un lieu privilégié sur Béziers ?

Comme un village : Pour le moment, nous nous projetons dans un lieu plutôt au centre ville.

Emma : Quelles sont les avancées de votre projet ? Que comptez- vous faire dans l’avenir ?

Comme un village : Nous avons écrit une charte indiquant les valeurs et les principes du projet. Il va falloir choisir un architecte, choisir un statut juridique qui rompe avec la spéculation immobilière, nous serions intéressés par le modèle coopératif. Nous pensons avoir trouvé un banquier qui a accompagné déjà ce type de projets. Enfin, comme nous ne sommes pas assez nombreux, nous souhaiterions associer d’autres personnes à ce projet (des familles, des célibataires, des retraités…). De ce fait nous allons organiser une rencontre festive pour y intégrer d’autres personnes.

Pour conclure, nous sommes très mobiliséEs, à la fois, pour nous engager dans une démarche écologique et à la fois pour faire en sorte que ce lieu, que nous habiterons, soit ouvert sur le quartier et la ville.

Emma : Il n’y a plus qu’à vous souhaiter bonne chance pour la réalisation de votre projet.

U2 guide : https://blog.u2guide .com
Pour en savoir plus :
Un film : 1+1=3, documentaire de 45 mn réalisé par l’écoquartier de Strasbourg
www.hab-fab.com
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok