ugopalheta

Oh ! pardon, chers lecteurs d'Envie à Béziers. Un fou rire incompressible. Hi hi hi. Toute l'équipe voudrait vous souhaiter une belle....ha ha ha belle année 2019.... Ha ha ha Bon, il faut qu'on vous dise ce qui nous fait tant marrer. Ha ha ha Vous....vous avez vu.... Robert Ménard..... ? On veut dire Robert Ménard en gilet jaune !? Ha ha ha ça ne lui va pas du tout !


Pardon. Non. Pas niveau look. Encore que. Mais on dirait qu'il porte un déguisement. Ҫa ne vous l'a pas fait ? Et ces histoires de carnet de doléances et de palais de congrès transformé en salle de jeu de Paume, du genre je-suis-de-votre-côté. Et bien nous à En vie à Béziers on a vraiment du mal, parce que vous vous le savez, on suit bien tout ce qu'il fait le maire et on va continuer en 2019 sur notre nouveau site.
Et qu'est-ce qu'on a pu constater et vous aussi si vous nous lisez bien ? Ce soi-disant enfant du pays revenu en fils prodigue quand il ne savait plus quoi faire pour se faire remarquer ailleurs, vous avez vu ce qu'il essaie de faire à Béziers ? Du Macron. Ben oui. Vous n'aviez pas fait le rapprochement ? Il l'a dit pourtant. Qu'il voulait faire venir les parisiens. Robert Ménard il embellit le cœur de ville pour faire venir les parisiens. Entendez les riches parisiens. Ceux qu'ont besoin de dépenser leurs sous dans les magasins chics. Grand bien leur fasse. Sauf que quand les parisiens déboulent comme à Bordeaux ou Marseille l'immobilier monte. Et quand l'immobilier monte, ils vont vivre où les gilets jaunes ? En périphérie. Pas loin des supermarchés, remarquez, là où on dépense les sous qu'on n'a pas. En attendant le reste de la ville a toujours ses trottoirs défoncés, ses écoles à l'abandon et sa vie culturelle en assistance respiratoire. Et le parking est devenu tellement cher qu'on ne peut plus s'y garer.

balancetonmaireevab27


Et puis le Robert Ménard, pour un gilet jaune, il aime bien le bâton. Celui-là même qu'ont senti tomber les manifestants sur le dos. Alors bien sûr le maire qu'a pas mal investi dans la police, pour l'instant il s'est plutôt penché sur le cas des plus pauvres, migrants et cabaniers. Histoire de faire croire que là étaient nos ennemis. Macron il l'a joué pareil. Et puis finalement le bâton il est tombé sur les migrants et sur les gilets jaunes. Alors méfiez-vous, y a des gens, faut mieux qu'ils aient pas plus de pouvoir.
Qu'est-ce qu'on fait en 2019 ? on continue à rire... jaune ha ha ha. Ou alors on se souhaite de balayer tous les Tartuffe de la terre. A propos on organise le samedi 26 Janvier à 19 heures à la Cimade un café socio avec Ugo Palheta sur la « possibilité du fascisme » pour mieux la stopper. Bella Ciao Béziers !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok