Sous le R.N . . . la plage ! Cette rubrique rend compte d’expériences alternatives qui rompent avec le dogme libéral et qui restent à des années-lumière du dogme nationaliste. Pour ce numéro 29 d’EVAB, nous restons à Béziers pour découvrir une plateforme du Secours Populaire spécialisée en économie circulaire.

Par Didier

A Béziers le Secours Populaire n’est pas populiste.

Dans une ville où le populisme est frénétiquement mis en avant par la municipalité d’extrême droite, toute expérience populaire qui ne donne pas dans l’identité nationale et le sécuritaire est une véritable bouffée d’oxygène. Cette bouffée d’oxygène populaire, verte et alternative, c’est la plateforme spécialisée en économie circulaire du Secours Populaire.

L’économie circulaire qu’es aco ?

L’économie circulaire est née dans les années 2000. Elle vise à dépasser le modèle capitaliste existant qui consiste à extraire, fabriquer, consommer et jeter les biens et services proposés. Face à la gabegie capitaliste l’économie circulaire tente de réduire la consommation de ressources naturelles en les réutilisant en boucle. Pour ce faire, l’économie circulaire est porteuse d’emploi dans le secteur de la gestion des déchets. Secteur qui représente : 135 000 emplois en France, 1,2 à 1,5 millions d’emplois dans les 25 pays de la communauté européenne.

Depuis 6 mois maintenant le Secours Populaire biterrois gère dans un entrepôt de 500 m2 dans la zone industrielle du Capiscol à Béziers sa plateforme spécialisée en économie circulaire.

Le recyclage de 10 tonnes de déchets nécessite ainsi 250 emplois contre 20 à 40 emplois pour l’incinération et 10 emplois pour la mise en décharge. En Suisse le canton de Genève a inscrit l’économie circulaire dans sa constitution. Le Japon est le seul pays à avoir inscrit l’économie circulaire dans une loi-cadre. La plateforme spécialisée en économie circulaire biterroise. Depuis 6 mois maintenant le Secours Populaire biterrois gère dans un entrepôt de 500 m2 dans la zone industrielle du Capiscol à Béziers sa plateforme spécialisée en économie circulaire. Dans cet entrepôt :

21 tonnes d’objets usagés (électroménager, jardinage, outillage, mobilier . . .) ont déjà transité ou ont été réparés.

Un espace de tri de légumes rejetés par les circuits de consommation évite qu’ils soient détruits ou jetés

Ces biens, articles et objets sont ensuite distribués sans préférence nationale aux 24 000 personnes aidées en 2018 par les 30 structures départementales du Secours Populaire. Ces 30 structures peuvent aussi passer commande à la plateforme pour des besoins spécifiques. Elle livre alors suivant ses disponibilités. Dans une ville où le rejet de l’autre est mis en exergue par la municipalité, le Secours Populaire biterrois met en avant une autre conception de la fraternité. Une fraternité active qui s’appuie sur un réseau de partenaires et de bénévoles. Autre sujet de satisfaction pour le Secours Populaire local, en France, seuls les comités de Béziers et d’Angers sont agréés comme plateformes spécialisées en économie circulaire.

A EVAB notre vœu pour cette expérience populaire récente est que, pour une fois, l’exemple biterrois soit repris dans toute la France !

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok