Décryptage

Comment expliquer les succès du Front National dans le biterrois ? Au soir du dimanche 30 mars 2015, la sentence tombe ; dans les 3 cantons du biterrois le FN gagne au deuxième tour des départementales :

Bonne nouvelle pour EN VIE À BÉZIERS,  Robert Ménard a trouvé un nouvel angle de propagande pour sa communication dans le journal municipal de Béziers.

Ouh la la ! Cette tête quand on a vu la dernière affiche municipale ! Pastichant les messages de prévention inscrits sur les paquets de tabac, le maire nous met en garde contre l'abus de supermarché. Y avait rien à dire. On était d'accord. On aurait pu faire la même.

Par M.V.

 

La communication de Robert Ménard suit un fil conducteur : les discours, interviews et articles dans le bulletin municipal tissent en toile de fond un mythe qui justifie l’islamophobie. Dénouons les fils de ce mythe pour observer quelles fibres lâches le structurent. Pourquoi y adhère-t-on : pour recouvrir d’un vêtement une nudité de pensée ou pour se conformer à la société de masse ? Quels sont les ornements sacrés de cette toile qui subjuguent le regard ?

L'attraction du symbole est une constante pour les nouveaux dirigeants, qui plus est chez ceux dont l'action politique est creuse. Et en bon communicant, il suffit d'une juxtaposition de plusieurs symboles pour délivrer un message très explicite.

Par DGRojoyVerde

 En écoutant une chronique sur une radio du groupe Radio France portant sur le « Je suis » si symptomatique de l’année 2015 et décliné à toutes les sauces, le chroniqueur faisait remarquer que « je suis…je suis » avait été la marque de fabrique d’un animateur télé célèbre, Julien Lepers, débarqué comme un mal propre d’avoir trop été.

 par DGRojoyVerde

Il y a des sujets qui fâchent : les films et le cinéma. « La dernière tentation du Christ » de Martin Scorsese, par exemple, diffusé de manière confidentielle, car en France quand on n'aime pas un film on se doit de bruler la salle de cinéma dans la foulée. Pour marquer sa désapprobation.

Depuis les victoires municipales et départementales du FN en mars 2014 et 2015, une question est posée aux progressistes Biterrois : une situation identique à celle d'Orange est-elle en gestation dans la ville et ses environs ?

A l’heure où sonne partout le tocsin médiatique et politique nous imposant une séquence martiale inappropriée et déconcertante, où il faut crier Patrie, Nation, sortir les drapeaux tricolores aux fenêtres pour justifier son Amour profond de la France, où on invite chacun à chanter à pleins poumons la Marseillaise, il est bon de rappeler quelques repères historiques et géopolitiques.

Par DGRojoyVerde

Je suis né en 1976 et voici les trois mots que j’ai entendus le plus avant la dernière décennie : immigration, chômage, crise. Avant que ne viennent d’autres mots et maux, climat, énergie, réfugiés, migrants, catastrophes, islamisme, attentats.

Par DG.Rojoyverde

Passe, passe le buzz, y'a du monde sur la corde à linge (mais de monde de moins en moins à Béziers). Il paraît que depuis qu'il est arrivé à la municipalité, le maire de Béziers se gausse des nombreux « buzz » qui, selon lui, font à nouveau parler de la ville.

L’histoire du droit de vote des immigrés et de la déchéance de nationalité en France, c’est l’histoire du reniement de promesses électorales vieilles de 35 ans et de l’alignement récent sur les thèses de l’extrême droite et de la droite extrême.

Par Didier

Pour ce numéro 5, nous poursuivons les rencontres avec les acteurs de la jeunesse, en tout cas avec ceux qui participent au quotidien à la formation des futurs citoyens biterrois.

Enquête sur un crash environnemental, parallèle avec le traitement du nouveau crash économique de Béziers, ou Jules Védrines et Robert Ménard sur le toit des galeries Lafayette.

Vous connaissiez le JDB, ses avalanches de vulgarités et son autosatisfaction à revendre. Ce JDB qui occupe deux fois par mois un bon nombre d'employés communaux, à raison de deux par secteur, pendant plusieurs jours, pour distribuer 40 000 exemplaires, apporte la « bonne parole » dans les foyers biterrois.

Par Gaudoneix

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok