Sur le plateau de BFMTV, le 13 octobre dernier, Éric Zemmour déclare : « je suis gaullo-bonapartiste ». En face de lui, le père Bourdin se mord la lèvre vigoureusement, pense à la peste et au choléra, et parvient à garder son sérieux.

 

 

Une question m'assaille : ragoter dans Voici donne-t-il droit à la carte de presse ?

Gaullo-bonapartiste... nom d'une pipe ! Il n'y va pas de main morte ! Je me dis qu'une connerie de ce calibre donne droit à un job d'idiot du village. À vie. Je vois Zemmour coiffé d'un képi-corne, d'un bi-képi ? Une main dans son giron, saluant le chaland d'un V. Généralissime. Sur la place. À Triffouillis-les-Bouses.

C'était dans le poste, tout le monde l'a vu, entendu, il est grillé. Ciao corbeau !

Au temps pour moi.

C'est qu'il est coriace, le volatile ! Nous le retrouvons perché à la deuxième place des ventes, juste en dessous de Valoche : commère journaliste jet-set. Il nous explique « le suicide français ». Il en vend des palettes. Lui aussi est journaliste.

 

Une question m'assaille : les acteurs pornos sont-ils intermittents du spectacle ?

400.000 exemplaires vendus. 23€ le bout. Ça nous donne une cagnotte de 9.200.000 € pour le bouquin d'Eric Zemmour. Bravo ! Il en reste combien chez Albin Michel ? Bob Ménard, héros de la liberté de la presse, nous a gratifiés d'un « Vive Le Pen !». Il a manifestement raté le coche: 5.000 exemplaires écoulés ... La loose !

Ils nous auraient pas refilé un tocard ?

Ça représente quoi, coté business, ce « club des infréquentables » ? Y a-t-il du marketing du côté obscur, des budgets prévisionnels ? Une agence conseil ? Une tournée de Dieudonné ça donne quoi en € ? Un bouquin d'Alain Soral ?... Les questions m'assaillent.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok