Billets d'humeur

Moins d'air pur, moins d'insectes, moins d'abeilles, de guêpes, moins d'oiseaux, moins d'animaux sauvages, moins de bio diversité !

Par Robert Martin

Amis antiracistes et antifascistes de Béziers et d'Oran, bonjour ! Les éructations hebdomadaires du Baron noir jaillissent tels les phallus des sucettes de pub biterroises et nous obligent à nous poser une question : qu'est-ce que l'identité ?

Par Didier

Au cinéma en ce moment, avant le film et après la publicité, il y a un court métrage promotionnel de 3 minutes sur Béziers. Il est signé Marc Gérard, qui est un photographe bourré de talent et d'invention, mais là, franchement, c'est la cata.

Par Clo.

Aujourd'hui je vais vous parler du piston, pas des quatre gros pistons du camion de Didier mais du coup de main donné par une personne gentille et bien attentionnée à une autre personne qui avait justement besoin d'un coup de poing, non ... coup de main.

Par Clairette

Les aventures du baron noir : Tome 22. Le catcheur biterrois des plateaux politiques télés, "Le Baron Noir", n'est pas en manque de combats. Après avoir lutté contre le linge aux fenêtres, les paraboles, les kebabs, pour l'armement de la police municipale, pour la création d'une milice patriotique . . .

Par Didier

Dans le numéro 21, nous avions fait part de l'incompréhensible déroulement des travaux de voirie du boulevard d'Angleterre consistant à casser annuellement la route et les trottoirs à fin de restauration des différents réseaux (un par an, on est dans le Midi, peuchère!)

par Khan Did

 

Le Baron noir, agent double végétaro – gauchiste, se retrouve dans la ligne de mire de CPNT. Le ban et l'arrière-ban des dirigeants de Chasse Pêche Nature et Traditions (C.P.N.T), vient de lancer dans une récente conférence de presse à Vendargues dans l'Hérault une croisade contre les végétariens.

par Didier

Atypique, elle l'était, car elle faisait s'affronter deux candidats non issus du sempiternel plateau « gauche-droite », les deux s'étant déjugés par leurs erreurs et leurs affaires. Atypique par le fait que, même s'ils ne faisaient pas partie du traditionnel sérail binaire, elle était l'héritière d'une dynastie, et lui, inconnu deux ans auparavant, jamais élu, était le bébé-Hollande, masque de la finance et de la mondialisation.
Par Khan Did,

Le baron noir se projette dans le futur : vers un Béziers 1930 ou un Béziers 2030 ? A la suite d'un effroyable suspens sur le devenir de son avenir politique qui l'a fait hésiter entre : - devenir le directeur de campagne de Marine Le Pen pour les présidentielles - fonder un nouveau parti qui réunisse la droite extrême et l'extrême droite, - bouter l'islam hors d'Europe. . .
Par Didier,

C'est Yannick Jadot qui, en commentant par ces mots l'image du spectacle du discours d'Emmanuel Macron dans la cour du Louvre, a livré un des commentaires les plus pertinents de ces instants solennels. Orson Welles n'aurait pas fait mieux que les habiles cameramen seuls autorisés à filmer cette séquence : un plan en contre-plongée inscrivait le visage du Président très exactement sous l'angle du sommet de la pyramide.

Par Sunzi,

Les Français ont à choisir pour ce deuxième tour entre Hyper-facho et Hyper-banquier. Choix enthousiasmant au possible, après l'année des lois Macron (dont El Khomry) qu'ils ont bien rejetées. Il leur est promis des réformes rapides, par ordonnances. Dictature en gants blancs-costume-cravate contre dictature fasciste avec les arguments subtils du Bloc Identitaire.

Par Khan Did,

L'association « Collectif compteurs », associée à « Robin des Toits », nous communique le fait suivant :
Une directive européenne enjoint aux pays de déployer des compteurs (d'eau, de gaz, d'électricité) dits « communicants », c'est à dire assurant une communication permanente entre le domicile du consommateur et la centrale de distribution.

Par Khan Did,

L'édito du JDB n°53 était consacré à l'école, ou plutôt, « à toutes les écoles ». Il y a déjà là un problème, le maire, l'élu républicain, ne voit dans l'école publique qu'une école parmi les autres. Plus grave, il met en cause l'école de la république, « classes surchargées, programmes scolaires insuffisamment centrés sur les fondamentaux... », pour ensuite faire de la pub pour la création d'une école hors contrat à Béziers.

De Jean-François Gaudoneix

Voici un florilège de titres que vous avez pu voir dans le Journal de Béziers n°54. S'ils vous ont échappé, vous n'avez rien perdu. On croyait avoir lu le pire, mais non, le JDB peut aller jusque dans le caniveau !

De Jean-François Gaudoneix

 

En couverture

33assassinepatrimoine

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok