Habitat participatif, groupé et coopératif, des alternatives qui ont le vent en poupe?

En mai 2019, le mouvement de l’habitat participatif a organisé une rencontre à Montpellier. Cette SCIC (société coopérative d’intérêt collectif), tout en étant accompagnatrice de projets, veut également rendre visible et dynamique le « faire et vivre ensemble ». Certains ont connu la colocation, souvent lors de périodes étudiantes, d’autres plus anciens ont fait des tentatives de vi en communauté, à présent reviennent des envies d’habiter autrement. Par Emma
Les aventures du Baron Noir. Cette rubrique est issue d’une chronique tenue dans l’émission radio mensuelle d’EVAB sur RPH (à écouter sur ce site ou sur RPH). Par Didier
Le texte d’une conférence donnée en 1995 par l’écrivain Italien Umberto Eco (mort en 2016) a été réédité en français chez Grasset en 2017 avec comme titre : "Reconnaître le fascisme". Ce petit fascicule de 56 pages vendu 3 euros est d’une brûlante actualité pour tous ceux qui tentent de comprendre le renouveau de...
VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales qui recense, analyse et dénonce les incursions de l’extrême droite sur le terrain social. VISA se veut un outil d’information et de réflexion afin de lutter collectivement contre l’implantation et l’audience de l ’extrême...
Pauvres qui venez vous loger à Béziers, vous préférez un logement indécent ou insalubre? Malgré l'indignation dont témoigne la couverture du Journal de Béziers n° 30 de 2016, la situation du logement à Béziers ne s'améliore pas lorsqu'on est pauvre. Il faut dire que le maire avait affirmé « je chasserai du...
Des dizaines de milliers de personnes qui manifestent pour l’accès au logement dans les grandes villes et contre la hausse du prix des loyers, c’est en ce moment dans les grandes villes allemandes. Par Didier
Roubaix a ceci de commun avec Béziers d'être dans le Top 5 des villes où le taux de pauvreté est le plus élevé. Et qui dit pauvreté dit problème de logement. Notre dossier sur le logement montre combien se loger devient la difficulté majeure de la vie quotidienne pour de plus en plus de familles. par Robert Martin

Emmanuel Macron, le président de la République des riches, a présenté son plan anti-pauvreté, voilà quelques semaines alors que sa politique économique, sociale et fiscale creuse les inégalités et donc augmente cette pauvreté. 

Propos recueillis par Robert Martin ,

La situation n'est pas nouvelle, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Quoi de plus naturel semble-t-il. Les chiffres, catastrophiques, sont tombés.Une enquête du Secours Populaire Français montre que 9 millions de Français sont sous le seuil de pauvreté dont 3 millions d'enfants sans parler de celles et ceux qui sont justes au dessus et qui ont du mal à joindre les deux bouts. Situation confirmée par l'Observatoire des Inégalités dans son rapport sur la pauvreté en France et, pendant que certains se donnent bonne conscience et font de la communication politique, sur le terrain, de nombreuses associations font quotidiennement face à la paupérisation de populations qui n'ont plus les moyens de se nourrir, de se loger, de s'habiller et tentent de survivre.

itwsecourspop2

Entretien avec Magali Vérité et Alain Falguères, retranscrit par Emma.

Robert Martin : Bonjour à tous les deux. Pouvez-vous commenter les chiffres de votre enquête et nous donner quelques précisions ?
Alain Falguères : La pauvreté, tous les bénévoles du secours populaire la constatent tous les jours et j'invite les gens à nous retrouver au Secours Populaire de Béziers pour constater que tous les jours nous accueillons de plus en plus de nouvelles personnes, des familles, des familles monoparentales. Depuis deux ou trois ans, et c'est nouveau, des personnes âgées, notamment des femmes seules, souvent, qui sont en dessous du minimum vieillesse. Aujourd'hui, nous sommes aux lendemains de la journée mondiale contre le refus de la misère auquel participe le Secours Populaire qui se présente comme témoin et aiguillon pour les institutions.


RM : Nous connaissons d'autres associations telles que les Restos du cœur, ATD quart monde et le Secours catholique, chacune a son domaine d'activités pour affronter cette problématique. Quelles sont les actions du Secours Populaire de Béziers ?


Magali Vérité : Sur Béziers, à l'origine, nos actions consistaient à envoyer des enfants en vacances. Maintenant l'alimentation est devenue primordiale. En premier lieu, les gens veulent manger et du coup nous avons mis en place des permanences. Le biterrois est tellement précaire que nous avons reçu plus de 55 familles par après-midi sur le comité de Béziers. À l'heure actuelle, on comptabilise plus de 6000 personnes que nous avons aidées en 2018.


RM : Comment se passe l'aide alimentaire ?
MV : Nous travaillons avec les services sociaux mais il y a aussi des personnes qui viennent spontanément. Lorsque certaines personnes vont au CCAS mais n'ont pas encore un an de résidence à Béziers, elles n'ont droit à aucune aide, donc on les envoie au Secours populaire. On agit dans l'urgence. On donne à manger, on habille les gens, on essaye de les faire partir en vacances. On a mis en place des actions culturelles et d'accès aux droits notamment pour la santé. Pour certains, il y a en plus le barrage de la langue.


RM : Organisez--vous des cours de français ?
MV : Oui, nous organisons des cours de français, des ateliers cuisine ainsi que des ateliers pour les enfants.


RM : Tous les centres du Secours populaire fonctionnent de la même façon ?
AF : Oui, c'est une spécificité du Secours Populaire. Il est vrai que si l'alimentation est devenue un élément important, cependant, nous sommes aussi une association d'éducation populaire. Notre démarche est de redonner de la dignité aux personnes. On discute avec elles pour savoir ce que nous pouvons leur apporter et ce qu'elles peuvent nous apporter. Les personnes accueillies peuvent venir renforcer la solidarité et, si elles le souhaitent, devenir bénévoles au même titre que les personnes qui ne sont pas en difficulté. C'est un enrichissement parce qu'elles ont un autre regard et une volonté de s'en sortir. J'avais écouté, lors d'un débat sur le sujet à Pézenas, des personnes qui expliquaient comment elles s'y prenaient face à la société de consommation. Il faut savoir que les personnes seules, après avoir payé les charges fixes, à Béziers, ont, en moyenne, 1,93€ par jour pour vivre et les familles 4,40€.


itwsecourspop1RM : Comment fonctionne le Secours Populaire ? Quelles sont vos ressources ?
MV : Nos ressources proviennent de donateurs : des particuliers et des collectes de la part des grandes surfaces, aussi, qui ont tous droit à une défiscalisation de 66%.
AF : Le Secours Populaire étant reconnu d'utilité publique, il permet aux personnes de défiscaliser leurs dons. J'ai vu des choses qui m'interpellent. La création de magasins, situés à coté de grandes surfaces et qui vendent des produits dont la date de péremption est presque dépassée ou dont les grandes surfaces ne voulaient plus. Je crains que ne se mette en place un marché parallèle qui capterait ces produits au détriment des associations telles que la nôtre.


RM : Comment pouvons-nous vous aider, nous citoyens ?
MV : En parlant un peu plus des actions de notre association et du rôle qu'elle joue au sein de la société biterroise.


RM : Pensez-vous que le plan anti-pauvreté d'Emmanuel Macron aille dans le bon sens ?
AF : Nous accueillons les personnes sans porter de jugement. Et, nous ne souhaitons pas commenter les causes qui les ont amenées dans cette détresse et donc nous ne prenons pas position. Même si les bénévoles, à titre personnel, ont leur idée sur le sujet. En revanche, nous constituons des aiguillons pour les pouvoirs publics et sommes des témoins attentifs de ce qui se passe sur le terrain dans le but de demander la mise en place de politiques nouvelles.


RM : Merci à vous pour ce que vous faites dans la lutte contre la pauvreté
MV : merci pour votre invitation qui a donné l'occasion de parler de sujets qu'on cache la plupart du temps.

En Vie à Béziers, l'émission est diffusée sur radio Pays d'Hérault. Vous pouvez écouter cet interview et en découvrir bien d'autres sur le site https://www.rphfm.org/tous-les-programmes/envie-a-beziers/
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant par exemple de réaliser des statistiques de visites.
Plus d'informations Ok