Samedi 23 janvier, le magasin Cultura proposait une séance de dédicace en présence des auteurs François Durpaire, Farid Boudjellal et de leur éditeur Laurent Muller. « La présidente » est une construction d'anticipation (uchronie) de ce qui pourrait arriver dans quelques mois au niveau politique en France.

par RascaR Kapak

A savoir l'élection de Marine Le Pen et ses potentielles conséquences telles, entre autres, la nomination de Patrick Buisson à la tête de TF1, l'activité du mouvement identitaire qui appelle de ses vœux une politique extrême, l'effondrement du pouvoir d'achat, l'explosion de la dette, l'accroissement du chômage... Le tableau est sombre mais cette bande dessinée se propose, sur la base d'un travail en profondeur, d'envisager une réalité qui pourrait être telle que présentée dans l'ouvrage si l'extrême droite accédait au pouvoir. Déception cependant pour les Ménardolâtres : en effet le spécialiste Biterrois du buzz perpétuel ne remplit que deux petites cases sur les 158 pages que compte l'ouvrage. Le CV du maire de Buzziers n'a donc pas été retenu dans ce premier tome par les auteurs, qui imaginent que Marine Le Pen, à l'heure des choix, laisse l'édile à sa juste place, celle de simple trublion.Rencontres.

Du réalisme pas de la caricature


Dans les allées de Cultura, dans la section bandes dessinées, profanes et initiés s'approchent de la table et de ceux qui y sont installés « mais je vous connais vous, je vous ai vu à la télé mais où ? » lance cette dame à François Durpaire. Celui-ci, historien, chroniqueur, consultant s'était surtout distingué pour avoir pronostiqué l'élection de Barack Obama. Ici, il est présent en tant que scénariste du livre. Farid Boudjellal, dessinateur, reste concentré sur la tâche du jour ; croquis et dédicaces le laissent un long moment penché sur les livres à dédicacer. Enfin Laurent Muller, éditeur, est aux côtés des auteurs. Il se rend disponible pour une photo souvenir à prendre et réaffirme le choix de venir à Béziers présenter ce livre. « Je voulais que l'on vienne ici, symboliquement c'était important, même si la dame là qui vient de se faire dédicacer son livre, glisse-t-il dans un sourire espiègle, a la photo de Marine Le Pen dans son portefeuille ».

 


Depuis la gauche, Farid .Boudjellal, François Durpaire et Laurent Muller



Car c'est bien à un public le plus large possible que le trio veut s'adresser. Et Farid Boudjellal de confirmer « Bon ce qui m'intéressait c'était de pouvoir créer d'un part quelque chose de réaliste et de ne pas être dans la caricature, et, d'autre part, que cela soit un outil qui permette de s'adresser à des gens qui ne partagent pas forcément l'idée selon laquelle l’extrême droite est dangereuse. Si c'est pour nous adresser à des gens qui partagent nos idées je ne vois pas l'intérêt de l'exercice ».


Farid Boudjellal, comme son frère Mourad, président du club de rugby de Toulon, ouvertement contre l'extrême droite, partage cette lutte depuis toujours « à l'époque quand le FN est arrivé à Toulon j'étais présent pour manifester mon opposition. Je ne suis pas pour le boycott mais au contraire il faut faire face à ces mouvements non pas se cacher, mais se montrer, y aller encore et encore ! ».

L'idée est partagée par Durpaire qui, à propos du livre promu, avance que « l'idée c'est celle du simulateur. Le FN on n’a pas essayé dans la réalité, au niveau national j'entends car aux échelons inférieurs l'expérimentation « in vivo » est en cours dans de nombreux territoires; on peut donc se livrer à une simulation sur la base de données réelles, existantes, et cela avec le concours de nombreuses personnes, observateurs, scientifiques, économistes, qui permettent les projections. » Cela donne un résultat assez terrible, à vrai dire. Terriblement plausible puisque ce sont des éléments de la réalité qui jettent les bases de ce scénario et non pas un exercice fantaisiste fondé sur un récit fictif de bout en bout.
Première de couverture

Le réel, élément central du récit


Dès les premières pages, des rappels essentiels pour savoir d'où l'on parle et vers quoi nous risquons de nous diriger.
- 5 octobre 1972, création du Front national pour l'unité radicale à partir du groupuscule ordre nouveau.
- La flamme tricolore du logo du FN s'inspire directement de la flamme tricolore du movimento sociale italiano (MSI) parti fasciste italien fondé en 1946.
- 1973, Jean-Marie Le Pen prend le contrôle du parti.
-1998, Scission avec Bruno Megret.
-2002, Le FN est au second tour des présidentielles.
-2011, Marine Le Pen devient présidente du parti et débute la stratégie de dédiabolisation.


Tout y est relaté de manière dynamique, reprenant souvent des épisodes connus, des saillies nauséabondes aux déclarations plus solennelles. Le déploiement du Front national depuis son entrée en 1986 à l'Assemblée Nationale jusqu'en 2014 et la victoire dans 12 municipalités à travers le pays, est disséqué. Sont également abordés des points qui pourraient apparaître comme mineurs mais qui, au contraire, ont une grande place dans le plan de déploiement de l'extrême droite : l'importance du travail opéré sur internet tout comme le poids des groupuscules identitaires amènent des éléments de compréhension quant à la situation actuelle et à celle qui pourrait se profiler.




Mais au-delà de l'avertissement qui pourrait être adressé, c'est également un regard teinté de crainte qui est posé sur les dernières décisions de l'actuel gouvernement. Décisions qui ont été imposées au pays consécutivement aux attentats qui se sont déroulés ces derniers mois et qui pourraient devenir, entre les mains d'un pouvoir extrémiste, des armes de contrôle et de répression de masse. C'est d'ailleurs sur ce point en particulier, celui des lois en matière de surveillance, que se clôt l'avant-propos et s'ouvre le récit.

De l'information à l’anticipation, un modèle de récit crédible


Sans porter de jugement, sans être dans l’agression ou l'opposition dénuée de sens, c'est un travail de salubrité publique que rendent là les trois compères, tant leur ouvrage fourmille de détails qui étoffent la crédibilité du scénario. Un scénario électoral certes effrayant, mais qui peut rencontrer l'échec si tant est que soient fournis les efforts de déconstruction et d'explications simples. D'où vient le FN, que représente-t-il aujourd'hui, où nous mène-t-il ? En attendant le second tome, ce travail, Durpaire et Boudjellal s'y sont pleinement investis, disséquant les origines de cette idéologie extrémiste qui est aujourd'hui en capacité d'accoucher d'une présidente; le jour d'après, on ne pourra pas dire que l'on ne savait pas.