Ce soir, Samedi 7 mars, veille de l'officielle Journée de la femme, c'est soirée Reggae Sound System à la colonie espagnole. Chouette, c'est samedi soir Carouselle et Donna Key sont de sortie. Au programme Princesse Erika, la star de la soirée et puis d'autres artistes avant, le dj Jahmoro et Sista Kash. On ne connaît pas vraiment, vaguement de nom la miss Erika, mais ça devrait être sympa, et s'il y a une soirée à Béziers, on y va !

 

sista kashOn arrive à la Colonie espagnole et là, eh bien, comment dire, honnêtement ce n'est pas la grosse ambiance : il y a de sympathiques gens qu'on retrouve, mais sinon y a vraiment pas grand monde. Bon c'est pas grave, parce qu'il y a de la bonne musique. Alors presque seules au milieu de la piste de danse vide, on se laisse porter par la douceur lancinante du reggae. « Bézieeeeers ! » crie le DJ, « Yeaaaaah » répondent quelques voix enthousiastes. C'est un peu mort, faut l'avouer. Mais le DJ Jahmoro est plein de vitalité. Il partage avec nous son amour de la musique et nous offre même quelques sexy pas de danse pour réchauffer l'ambiance.

Puis arrive une femme. Elle sautille, et déborde d'énergie. C'est Princesse Erika, se dit-on. Eh bien non, on apprendra par la suite que c'est Sista Kash. Mais finalement son identité importe peu, car elle dégage une énergie tellement chouette et remarquable que ça fait du bien. Elle va de la scène aux amplis sur lesquels elle s'élance follement. Elle descend même parmi nous, le public, à un moment. C'est galvanisant. Lorsqu'elle entonne « You have to keep your hands'up, you have to keep your head up » (traduction : " tu dois garder le point levé, tu dois garder la tête haute " ), on est transporté par cette dignité combattante que nous suggère l'artiste enthousiaste. Sista Kash nous transporte dans son univers reggae avec un message de paix, de fraternité, d'amour et de solidarité. C'est décidé, on va l'interviewer.

 

Yes I

 

Après le concert, on se met un peu à l'écart avec la chanteuse épuisée. Elle nous raconte qu'elle avait de la fièvre cet après midi, qu'elle a failli annuler, mais qu'elle est finalement venue, parce que ce sont les gens et la musique qui lui donnent l'énergie de la vie. Elle nous parle de ses débuts en Jamaïque, dans la cour du lycée où pour impressionner ses copines elle s'efforçait d'écrire ses propres textes puis de les mettre en musique. Puis elle a dû quitter son pays, il y a maintenant dix ans, pour fuir des menaces de mort, ayant voulu véhiculer des idées, « ses » idées d'amour et de combat. Elle nous explique qu'il faut sortir de sa bulle (« sortir de son boule »), aller vers les autres, surtout quand on est étranger.

Aujourd'hui Sista vit à Perpignan, seule avec ses 3 enfants. Elle a ouvert un bar qui se veut aussi un lieu d'échanges, de musique, d'accès à la langue française pour les étrangers... Un exemple de force et d'amour des autres à l'état pur, Sista Kash nous a comblées en tant que femmes mais aussi en tant qu'êtres humains...Tout simplement.

Merci Sista.

 


Bonsoir quel est ton nom ?
Sista Kash.


Bravo Sista Kash, on a passé un super moment et tu as une énergie très appréciable, tu a été courageuse et énergique et c'est ce que l'on essaye de promouvoir dans notre journal. Sista Kash, peux tu nous parler un peu de toi ? Tu viens de Perpignan ?
Je suis d'origine Jamaïcaine et je vis à Perpignan.


Cela fait combien de temps que tu vis en France ?
Cela fait 10 ans.


Tu maîtrises super bien le français
Merci. Avant, j'étais à Nice durant 6 ans, et depuis 4 ans je vis à Perpignan


Tu as quel âge ?
31 ans


Tu as la voix cassée...
Yes I


Tu as tout donné ce soir.
Yes I... c'est important parce qu'aujourd'hui ça représente les femmes et moi j'aime beaucoup la féminité, j'ai rien contre l'homme parce que sans l'homme y'a ni femme ni homme, et je représente les femmes fortes et les femmes qui combattent parce qu'il faut combattre pour les bonnes causes...
J'aime pas que les femmes soient timides, tristes surtout. Une femme doit représenter la féminité la force dans la maison à l'extérieur de la maison, de la communauté... et ça dit beaucoup... et pour ce soir j'ai beaucoup donné parce que bien que je sois malade, la femme c'est important pour moi. Si je donne ma force même dans ma faiblesse, je veux transmettre ça aux femmes du monde entier pas qu'en France, pas qu'à Béziers ou à Perpignan mais entièrement.


En tout cas ce soir tu as réussi parce que tu nous as donné vachement d'énergie à travers le Reggae ; d'ailleurs peut-on résumer ton style de musique au reggae, quel est ton style ?
Mon style de musique, logiquement, c'est tout ce qui est positif, tout ce qui est rigolo, tout ce qui fait danser, oublier le stress, les soucis, le système, la pression, l'oppression...Toutes musiques qui nous libèrent. Qu'on se lâche, qu'on se libère, qu'on vive. Surtout vivre parce que la musique, c'est vital.


Quel est le message que tu veux faire passer à travers les paroles de tes chansons qui sont en anglais essentiellement ?
Plusieurs messages, beaucoup de messages sont issus de la réalité c'est mon vécu, c'est le vécu de ma voisine, d'ailleurs, dans d'autres pays mais c'est avant tout un message d'amour, d'humanité, d'amour et... Sois fort, surtout la force !


Donc ici ça s'appelle Béziers et si je te dis « j'ai envie de Béziers » qu'est ce que cela t'évoque ?

T'as envie de Béziers mais pourquoi pas ? C'est une jolie ville les gens y sont bien, je ne connais pas beaucoup le système, la politique mais tant que les gens restent ce qu'ils sont, ils sont gagnants !


Super merci beaucoup.
Avec grand plaisir Yes I. Jah bless.