C'est à la presse que l'ABCR (Association Biterroise contre le Racisme) a décidé de s'adresser ce vendredi 28 octobre pour dénoncer le harcèlement et l'obsession que lui témoigne Robert Ménard, le Maire de Béziers. Jean-Michel Dotto et Joël Clérembaux, respectivement président et trésorier de l'association et d'autres membres du bureau ont pu ainsi faire le point sur les relations conflictuelles entre l'ABCR et le Maire de Béziers. Le Journal "Envie à Béziers" était présent.

Par Robert Martin,

Car l'ABCR n'en finit pas de riposter aux attaques incessantes et renouvelées du maire de Béziers. Cette association a vocation à lutter contre toutes les formes de racisme. Nous lui avons d'ailleurs consacré le dossier de ce N°15 d'Envie à Béziers". De quelles attaques s'agit-il ? Empêcher cette association de vivre normalement en lui coupant les moyens de fonctionner :

- refus de prêter une salle de réunion alors même qu'elle bénéficiait de ce prêt tous les 15 jours depuis plus d'une vingtaine d'années. Cette salle permet à l'ABCR de se réunir, de travailler, de préparer des actions auprès des populations qu'elle soutient.

 - boîte aux lettres scotchée car elle servait de domiciliation à des personnes sans domicile fixe alors que c'est aux Mairies de fournir une adresse postale à ces personnes.

- et enfin, demande est faite à l'ABCR de quitter le bureau qu'elle occupe à la maison de la Vie Associative au 31 décembre 2016.

Quelle riposte ?

Evidemment, l'association a réagi mais uniquement sur le plan juridique car elle n'a pas d'objet politique comme cela a été retenu par le Tribunal Administratif de Montpellier. Le plan juridique se contente de rester circonscrit au domaine de la loi et l'ABCR ne demande que cela : l'application de la loi. Alors que dans le champ du politique, on cherche évidemment à modifier les lois qui organisent la société, ce n'est l'objet de l'ABCR malgré les sous-entendus de Robert Ménard.

IllDossierVI

Le Tribunal Administratif de Montpellier a donc été saisi. Sa décision est claire dès le 24 juin 2016 puisqu'il demande au Maire de Béziers d'annuler sa décision de priver de salle de réunion l'ABCR. Robert Ménard persiste et signe en maintenant son refus. Nouvelle décision du Tribunal Administratif le 5 septembre  2016 avec injonction au Maire d'annuler sa décision en y ajoutant une amende de 1000€. Robert Ménard semble se moquer des décisions de justice puisqu'il continue à ne pas accéder à la demande de prêt de salle. A nouveau saisi, le Tribunal Administratif décide le 17 octobre 2016 de condamner la mairie de Béziers d'une astreinte de 150€ par jour en cas de nouveau refus. Le Maire obtempère enfin pour, dit-il "céder aux caprices de la justice" !!...mais fait appel auprès du Conseil d'Etat.

La deuxième attaque est encore plus sérieuse puisqu'il s'agit tout simplement de priver l'ABCR de bureau à la Maison Associative. C'est dans ce bureau que se font l'accueil et la préparation des dossiers, que se trouvent les archives de l'association, que s'organisent les permanences. Sous prétexte de réorganisation de l'affectation des bureaux suite à la suppression du 3ème étage jugé insalubre et dangereux, la seule association qui ne retrouve pas de local pour travailler est... l'ABCR !

Là encore, le Tribunal a été saisi et l'ABCR espère que la Justice lui donnera à nouveau raison mais dans quel délai ?

Ça suffit Monsieur Ménard !

Vous ne pouvez pas supporter dans votre ville une association anti raciste ? Personne n'est dupe ! Toutes vos actions, vos propos, vos décisions ont toutes la même idéologie nauséabonde : la haine raciale ! Ce n'est pas pour rien que nombre de procès vous sont intentés pour ce motif.

Nous soutenons évidemment le combat que mène l'ABCR auprès des populations malmenées et désorientées, discriminées et rejetées...en particulier par la municipalité de Béziers en contradiction avec les lois de la République. Nous soutenons également l'ABCR dans son bras de fer juridique contre la municipalité biterroise.

 

(1) voir article Midi libre du 29 octobre