L'Abcr fut de la création de la Maison de la Vie Associative. Depuis 24 ans cette association, fondée par Hélène Fargier, François Muselet, Maxime Andreu, reçoit dans un petit bureau de quelques mètres carré des personnes étrangères ou d'origine étrangère à la recherche de soutien dans leurs démarches administratives. Autant dire qu'elle remplit une mission de service publique.

Par M. R. V. ,

 

Au mur les affiches parlent d'elles-mêmes et racontent les valeurs partagées par les bénévoles et quelques salariés précaires qui ont tissé l'histoire de cette association, reconnue pour son efficacité. «De la nécessité de la laïcité », « Plus jamais ça ! », « Des ponts, pas des murs », « Un raciste est quelqu'un qui se trompe de colère. », « Le racisme avec moi il en voit de toutes les couleurs. » La carte du centre-ville de Béziers côtoie celle du monde. Des valeurs droits-de-l'hommiste, dirait le fondateur du site Boulevard Voltaire, qui a tenté de déloger l'Abcr de la Mva. Kadda Belkheir, d'origine algérienne, un ancien havrais, milite à l'Abcr depuis une vingtaine années.

IllDossierV

Pour l'un comme pour l'autre ça a toujours été important d'aider, de lutter

Il y a été salarié en contrats aidés pendant une décade, aujourd'hui retraité il continue à faire bénéficier de ses formations et de son expérience en tant que bénévole. Hedwige Billault a enseigné 26 ans au Maroc et s'installe en 2011 à Béziers où elle retrouve l'ambiance méditerranéenne cosmopolite (autre gros mot dans la bouche d'un Robert Ménard) qu'elle a affectionnée. Pour l'un comme pour l'autre ça a toujours été important d'aider, de lutter. Hedwige s'est demandée au début si c'était une bonne idée de « faire le boulot » des institutions. Elle n'a pas réfléchi longtemps : sans l'Abcr la situation aurait été encore plus difficile. Parfois c'est dur. C'est dur quand la précarité a fini par fragiliser psychiquement les demandeurs de papiers et de se sentir impuissant face à cette fragilité. Mais on se constitue une « carapace » face à la misère, déclare Kadda, qu'il ne trouve pas si grande à Béziers.

un adjoint de l'ancien maire, qui avait voulu interdire l'accès aux écoles aux enfants roms, se félicitait que le racisme n'existait plus à Béziers

« Pas plus à l'Abcr que partout à Béziers en tout cas », pour Hedwige. La plus grande des misères étant celle des logements, chers et insalubres. Tous deux tiennent avec d'autres les permanences de l'association les lundi et jeudi. S'il y a moins d'usagers qu'autrefois, parfois envoyés par des assistances sociales, l'affluence est régulière. Le travail des bénévoles consiste essentiellement à aider les personnes, en particulier les enfants, dits en situation irrégulière de toute nationalité à obtenir un titre de séjour. Les dossiers de réfugiés relèvent davantage des compétences de la Cimade. L'Abcr est « la dernière roue du carrosse ».

Quand tous les autres recours ont été épuisés, l'association les aide à monter des dossiers de demande de régularisation à titre humanitaire auprès du sous-préfet qui en possède le pouvoir discrétionnaire. Tout va dépendre de la sensibilité de celui-ci ou/et des instructions qu'il a reçues. 5, 6 dossiers sont acceptés par an. Kadda évoque l'adrénaline qui s'empare des demandeurs et des membres de l'association, quand une régularisation est obtenue. Autres activités : les bénévoles remplissent des tâches de traducteurs, d'écrivains publics ou reçoivent les doléances de victimes du racisme ordinaire, par nature plus difficile à attaquer. Ils font également le lien avec le Secours populaire ou d'autres associations humanitaires.

Dans le cadre de la Copec (1), on leur demande de dresser un bilan sur le racisme dans le biterrois. A cette occasion un adjoint de l'ancien maire, qui avait voulu interdire l'accès aux écoles aux enfants roms, se félicitait que le racisme n'existait plus à Béziers. Si François Muselet protesta haut et fort à l'époque, on ne pouvait imaginer à quel point l'élu avait tort.

1. Commission pour la promotion de l'égalité des chances et de la citoyenneté, présidée par la sous-préfecture.