Dans son combat idéologique pro-blanc, pro-catholique et identitaire gaulois, Ménard n'hésite pas à prendre des libertés avec les faits.

par la rédaction,

Il le fait tous les jours avec l'histoire, il le fait aussi avec cette association qui le dérange, l'Association Biterroise Contre le Racisme (ABCR). Le n° 15 vous propose un dossier spécial ABCR. Allez le lire en cliquant dans " LE DOSSIER". Sept articles vous feront découvrir le travail que fait cette association depuis 25 ans... Association que Ménard veut expulser de la Maison de la Vie Associative...Voici donc quelques contre-vérités que nous avons pu relever dans la communication de la ville de Béziers, soit dans le Journal de Béziers, soit sur le site de la ville ou sa page Facebook.

JDB de juin 2016« L'ABCR s'est signalée à la MVA par des violations de la loi aussi nombreuses que caractérisées. En effet, dans ce lieu communal, l'ABCR servait de boîtes aux lettres à des immigrés clandestins, notamment des Roms » « Des violations de la loi aussi nombreuses que caractérisées. »

- C'est l'outrance sans vergogne du JDB. Si cela était avéré, il y a bien longtemps que les responsables de l'ABCR seraient sous les verrous...

« L'ABCR servait de boîte aux lettres à des immigrés clandestins, notamment des Roms.»

- L'ABCR avait une boîte aux lettres à la MVA qui servait aux personnes qui n'avaient pas d'adresses postales. C'est en raison des carences de la municipalité de R.COUDERC qui déjà, à la fin des les années 90 refusait la domiciliation des familles Roms, que l'ABCR avait dù, pour permettre la scolarisation des enfants mettre en place ce service, dont tout le monde était tacitement satisfait, y compris le sous préfet et les services scolaires municipaux qui pouvaient ainsi joindre les familles. La quasi-totalité du courrier reçu provient - car l'ABCR a toujours ce service en dehors de la MVA – de la préfecture, de la sous-préfecture, de la mairie de Béziers (et oui !), de la CAF, du CCAS, d'un ministère, bref des institutions françaises qui ont besoin de contacter ces personnes. Preuve en est que ces personnes sont connues des services de l'Etat, et ne sont en aucun cas des clandestins.

Le mot clandestin a un sens bien précis : est clandestin une personne qui cherche à se cacher ou à cacher sa situation irrégulière. Toutes les personnes que reçoit l'ABCR lors de ses permanences, sont connues des institutions françaises. Mais pour M. Ménard, ça fait bien d'agiter les peurs, d'utiliser les mots qui servent sa bien triste cause.

Il n'y a qu'à voir ce qui s'est passé à Hayange où la municipalité FN expulse de ses locaux le Secours populaire

L'ABCR accusé de militantisme politique par Ménard : M. Ménard fait en effet de la xénophobie, sa politique. (« Vous n'êtes pas les bienvenus », sa théorie du « grand remplacement », son intégrisme catholique, etc...). Mais comme il le reconnaît lui-même, la justice n'a pas vu dans l'ABCR, un mouvement politique. Elle a vu ce qu'elle est, une association fidèle à ses valeurs énoncées dans ses statuts, une association qui lutte contre toutes les formes de racisme : c'est pour cette raison que l'ABCR fait un travail important auprès des Roms, en particulier, la scolarisation des enfants Roms, premier pas vers l'intégration.

« C'est à l'ABCR que l'on doit en partie la présence de nombreux Roms dans certains endroits de la ville. » (facebook de la ville de Béziers).

- Ménard prête un pouvoir à cette modeste association qu'elle n'a pas ! Les Roms qui vivent dans le biterrois sont souvent présents depuis des dizaines d'années. De plus, des familles ont obtenu un titre de séjour. Bon nombre de ces Roms sont des citoyens européens, très catholiques (ce qui devrait plaire au sieur Ménard). La seule chose qu'a fait l'ABCR, dans la ligne de ses statuts, c'est qu'ils deviennent des pauvres comme les autres. En particulier, que leurs enfants aient droit à l'instruction comme la loi l'oblige.

JDB n°24 du 1 ier décembre 2015 :« La municipalité a décidé d'expulser l'ABCR (Association Biterroise Contre le Racisme) de la Maison de la vie associative. Pourquoi ?  Tout simplement parce que ces gens violent la loi et font du mal à notre ville comme à notre pays. » L'ABCR ferait du mal à la ville, au pays ? Aider des gens dans leurs démarches administratives, les orienter, ferait du mal à la ville ? S'occuper de la scolairsation des Roms, de leurs vaccinations, de leur condition d'hygiène, ferait mal à la ville ?

Vite, il faut supprimer le Secours catholique, le Secours populaire et toutes ces associations qui s'occupent des plus démunis. C'est sans doute le souhait de Ménard. Il n'y a qu'à voir ce qui s'est passé à Hayange où la municipalité FN expulse de ses locaux le Secours populaire.