S’inscrivant dans la défense d’un théâtre de service public qui donne à tous accès à l’art, la compagnie Là-bas théâtre propose un théâtre populaire, dans le sens où, tourné vers l’humain, il s’adresse à tous. Le mot populaire est galvaudé et flirte souvent avec le vulgaire.

par Khan Did


La compagnie Là-bas théâtre affectionne, par l’écriture de Pierre, un théâtre de l’intime, sans qu’il soit obligatoirement intimiste, et ambitionne de faciliter l’accès aux textes et à la littérature dans tous les milieux, une manière de s’opposer au mépris du peuple. Elle a une implantation régionale. Présente ici depuis une quinzaine d’années, elle s’attache à maintenir un espace de création théâtrale fondée sur les textes écrits par Pierre, au moyen de spectacles et lectures à voix haute, et à susciter une envie de théâtre. L’auteur, et comédien, s’intéresse dans ses textes à l’être humain, à partir de lui-même et de la confrontation avec les autres qu’il observe avec intérêt, à la solitude de l’homme, cette extrême nudité, à ses joies et ses souffrances, et lui reconnaît la possibilité d’être la fiction de l’Autre. Denise, comédienne engagée, traduit avec une sensibilité à fleur de peau et un engagement total les textes de Pierre.

 

des ateliers-théâtre qui attirent de nombreux amateurs de tous âges et suscitent l’enthousiasme des participants

Elle travaille au centre pénitentiaire pour la pratique de la lecture à voix haute. Pour avoir vu la joie et la fierté des détenus de l’ancienne Maison d’Arrêt qui, dans le cadre de l’Atelier Santé, imaginaient des histoires, ensuite écrites par Pierre, qu’ils interprétaient sur place, on ne peut que se féliciter de cette prise en compte de la personne et cette reconnaissance des détenus par la culture.

Le dernier spectacle créé par la compagnie, « Il ne s’était rien passé », étude d’une petite communauté d’un hameau rural, est riche de ces expériences minuscules et fondatrices de la société humaine. La compagnie anime des ateliers-théâtre qui attirent de nombreux amateurs de tous âges et suscitent l’enthousiasme des participants et la révélation de vrais talents.

 

N22 1Photo Nath Sapin Des Oiseaux dans la ville


Leur actualité repose sur deux projets :
Un projet intitulé "Parcours ", sur trois ans à partir de 2015, réalisé dans le centre-ville de Béziers. Il a produit la remarquable déambulation "Des oiseaux dans la ville" avec l’école Gaveau-Macé et compte aussi comme partenaires le Lycée Henri IV et le théâtre du Minotaure. Ce projet est né d’une réflexion sur la « misère symbolique », de la recherche de cet « être ensemble sensible » et d’un désir de liberté. Quatre actions ont été réalisées en 2015 et 2016. Il en reste deux à venir cette année : "Des villes dans la ville", déambulation en centre-ville avec les lycéens d’Henri IV, au mois de mai ; et des portraits et entretiens filmés d’habitants du centre-ville. Il s’agit de faire imaginer aux habitants la ville de leur cœur, souvent différente de celle où ils habitent ou sont nés.
Un spectacle  jeune public intitulé "Ça pourrait être l’école", qui concerne les enfants du primaire et vise à porter leurs paroles, avec possibilité d’échange avec le public au cours du spectacle. Les représentations se font dans les écoles, avec la présence des parents. Il concerne 15 classes. Des élèves de l’école Les Amandiers, partenaires privilégiés de ce projet, interprèteront une scène de la pièce lors des représentations dans leur école. Ce projet est réalisé avec le financement de l’ACSE (Agence pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des Chances) dans le cadre de la Politique de la ville. La compagnie est aussi soutenue par la Région avec une convention sur deux ans, la DRAC, Direction Régionale des Affaires Culturelles - Ministère de la Culture, le Ministère de la Justice par le SPIP - Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation-, la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée, et le CD34 pour les ateliers dans les collèges.

Leurs soucis : bien sûr, dans le cadre d’une politique austéritaire, la diminution des allocations à la culture, l’incohérence du non-règlement du dossier des intermittents au prix de pertes économiques totalement incompatibles avec une politique budgétaire intelligente et efficace.


Nous finirons en remerciant la compagnie Là-bas théâtre pour son talent, son implication constante, obstinée, courageuse, militante, libre dans l’accès de toute la population à une culture d’enthousiasme, de qualité et d’enrichissement sociétal et personnel.

 

Là-bas théâtre
« L’Espace 13 » - 20, rue du Tunnel
34 500 – Béziers

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 07 11 43 17
www.la-bas-theatre.fr