1905/2015, voilà 110 ans qu'a été adoptée la loi instaurant la séparation des églises et de l'Etat, un anniversaire qui a donné lieu à de nombreuses commémorations dans le département. Parmi elles, celle du Lycée Jean Moulin à Béziers, une semaine d'ateliers, de conférences, de projections-débats, de café philo ou encore d'expositions.

Par Robert Martin

Le Journal Envie à Béziers était sur place. Il a dans un premier temps rencontré le proviseur du Lycée, Alain Abadie qui donne tous les détails de cette initiative.

Alain Abadie : Cela fait 110 ans que ces lois existent. Ce sont des lois importantes qui ont été mises en place en France suite, quand même, à des siècles de lutte entre les différentes religions.  C'était donc important de les marquer surtout après les évènements qui ont eu lieu cette année. On s'aperçoit que c'est vraiment important de les remettre en avant et de montrer les valeurs qui soutiennent notre République. L'ensemble des enseignants a été vraiment favorable à ce genre de travail, à la fois basé sur des conférences(1) et des conférenciers de haut niveau, plus des ateliers toute la semaine dans lesquels vont venir les élèves, les professeurs et différents intervenants.
Nous allons voir que c'est quelque chose qui est très fort aussi en terre occitane. C'est important de faire ce retour historique et puis montrer que la laïcité ne s'est pas faite toute seule, qu'il y a eu des luttes, des morts, des rapports de force très violents depuis au moins le 12ème et le 13ème siècle ne serait-ce que sur Béziers.

La laïcité au cœur de cette semaine de commémoration qui n'aurait pu voir le jour sans Emilie Lhuillet, professeur d'histoire au Lycée Jean Moulin dont l'objectif premier est de promouvoir cette valeur de la République.

Emilie Lhuillier : D'abord on peut dire que cela correspond aux instructions officielles c'est à dire que l'on nous demande dans le cadre de l'enseignement moral et civique de promouvoir les valeurs de la République, et la laïcité en est une. C'était l'occasion pour les 110 ans de la loi de 1905.

R.M. : D'accord, mais les élèves en parlent en cours d'histoire-géographie ou en cours de philosophie ou de français, de là à consacrer une semaine entière à cette commémoration, c'est un parti-pris ?
Emilie Lhuillier : Oui c'est vrai c'est un parti-pris. Cela correspond aussi à une prise de température de l'ambiance depuis un an dans le lycée. On sent qu'il y a des tensions, des interrogations, parfois des non-dits sur ces questions et on s'est dit que ce serait bien de faire quelque chose. Alors l'idée en elle-même est venue d'un élève à qui j'ai dit le 9 décembre 2014 que c'était le jour de l'anniversaire des 109 ans de la loi de 1905. L'élève me dit qu'on ne l'a pas beaucoup fêté cet anniversaire, l'année prochaine pour les 110 ans il faudrait faire quelque chose. J'en ai parlé à des collègues qui étaient tout de suite partants et on a organisé  cette semaine de commémoration.

R.M.: Et ce mot laïcité, ils leur parlent, ils le connaissent ?
Emilie Lhuillier : Ils le connaissent mais parfois ils le connaissent trop c'est à dire que finalement ils ont l'impression que ce mot ne veut plus rien dire, une espèce de fourre-tout. Ils ne comprennent pas trop le sens et puis certains aussi pensent que la laïcité c'est un peu un prétexte pour tenir des propos islamophobes, en tout cas ils le perçoivent comme çà. Et donc pour nous c'était important de revenir aux sources et à cette loi de séparation des églises et de l'Etat qui ne mentionne pas en fait le mot laïcité mais parle de liberté de conscience. On a essayé tout au long de la semaine de faire réfléchir les élèves à cette notion de liberté de conscience.

R.M. : Une élève m'a dit d'ailleurs que pour elle la laïcité c'était la guerre des religions.
Emilie Lhuillier : Très étonnant. Ce genre de propos nous conforte un peu dans l'idée que l'on doit approfondir cette notion, qu'on doit en parler, qu'on doit laisser aussi les élèves s'exprimer dessus, justement partager leurs représentations, les remettre en question et s'approprier cette laïcité qui est en fait leur liberté.
Ecoutons donc les élèves (2) ...

R.M.: Pour toi, ce mot laïcité qu'est-ce qu'il veut dire ?
Christian : Pour moi c'est un principe de notre république qui vise, du moins au départ, à séparer l'église de l'Etat et qui veille à ce que l'Etat ne s'insère pas dans les affaires religieuses et ne prenne partie ni ne favorise aucune religion. En quelque sorte, la République traite les religions à égalité et assure aux citoyens le libre exercice de leur religion et donc une totale liberté de conscience et de pensée.
Emmanuelle : C'est être libre de pratiquer la religion que l'on veut sans forcément faire de la propagande dans les établissements laïques. C'est la liberté d'expression et pouvoir vivre tous ensemble avec des religions différentes.

Ici,  entre jeunes, je suppose que certains ont une religion d'autres pas du tout, ça pose un problème ?

Yamira : C'est mal vécu par les religieux et d'autres qui ne le sont pas. Je pense que la laïcité est mal comprise. Cela ressemble davantage à un terrain pour se confronter avec les autres personnes d'autres religions. C'est plus un terrain de confrontation entre les religieux et les non-religieux que quelque chose pour qu'on soit tous d'accord en fait.
 Christian : Tout le monde sait à peu près ce qu'est la laïcité. Après c'est vrai que peut-être ce terme n'est pas assez souvent explicité, pas souvent très clair et c'est donc important de faire des évènements comme celui-ci pour rappeler ce qu'est la laïcité et ce qu'elle représente pour nous français.
Yamira : Moi je crois que la laïcité est sensée tous nous réunir et faire de nous un seul groupe mais, à cause des élèves, je pense qu'elle nous divise. C'est un peu la guerre en fait. La laïcité, c'est un peu la guerre des  religions !


Tu es musulmane et tu portes le voile.  

Yamira : Je suis obligée de l'enlever et je le vis très mal. Je dois quitter mon voile chaque jour et ça fait mal parce que c'est mal compris. La laïcité servirait vraiment à quelque chose si les gens comprenaient son but. Les élèves comprennent le mot laïcité plutôt comme racisme, c'est cette définition qu'on a du mot laïcité et on le voit plutôt comme islamophobie surtout.
Sophie : Pour moi la laïcité c'est pas la guerre des religions. Forcément avec les événements qu'il y a en ce moment, certaines religions sont mises de côté sur lesquelles on rejette la faute. Grâce à la laïcité, les gens devraient se rendre compte que ce n'est pas à cause de certaines religions, qu'on devrait tous se souder au lieu de discriminer certaines personnes et les laisser de côté.
Cynthia : Je suis allée moi-même à un atelier. Je trouve ça très positif. On a fait connaissance avec d'autres personnes qui ne sont pas forcément comme nous, pas de la même religion, qui ne se ressemblent pas du tout mentalement. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié, j'ai trouvé ça cool de rencontrer des nouvelles personnes qui sont dans le lycée mais que je n'ai jamais pu vraiment voir, alors que là je me suis rendue compte que c'était des personnes vraiment très sympathiques avec qui j'ai pu passer un bon moment. Franchement c'était vraiment très cool !


Sarah  a participé à l'atelier "Liberté de conscience et tenue vestimentaire"
Sarah : j'ai trouvé ça très intéressant. Avant je ne connaissais pas tous les règlements qui existaient vraiment et après la réunion j'ai bien compris les règlements du Lycée.  
Sarah porte un foulard elle aussi et doit l'enlever à l'entrée du Lycée  
Sarah : Ca me gêne beaucoup de l'enlever car notre religion n'accepte pas qu'on enlève le foulard mais si je suis obligé de l'enlever pour étudier, je dois le faire.
De nombreux ateliers donc, pour les lycéens et même un café philo, Christian en est l'un des animateurs ...
Christian : Il a été organisé par le CVL (Conseil de la Vie Lycéenne), organisme qui participe au Conseil d'Administration et qui vise à organiser des événements, à mettre en place des projets pour favoriser et améliorer la vie de tous les jours des lycéens. Être lycéen, c'est aussi participer à la vie de son lycée, c'est pas juste venir en cours. Le café philo a lieu une fois toutes les 2 semaines sur des sujets qui sont décidés en accord avec les professeurs de philosophie. Nous avons donc traité du problème de compatibilité des religions et de la laïcité.
Un terme qui n'a pas la même signification pour tous les lycéens ...
Christian : C'est un terme assez vague et du coup sa perception chez les gens est assez différente. C'est le rôle de l'école et de la République de faire en sorte que la laïcité ait la même importance aux yeux de tous. Un laïque peut être catholique comme il peut être musulman, c'est juste accepter de ne pas exercer sa religion dans des lieux publics, respecter les autres religions, ne pas mettre en avant à l'excès sa religion et accepter que la République ne favorise pas notre religion.
La laïcité issue de la loi de 1905 a été décortiquée et détaillée sous la forme d'un film (3) réalisé par des élèves. Explications de leur professeur ...
Aurélie Suteau : Il s'agit d'une classe de première L avec qui nous avons travaillé sur l'idée de faire une petite vidéo, un petit film court pour raconter l'histoire de la loi de 1905. Un groupe de 36 élèves a travaillé collectivement, en faisant des recherches avant pour savoir de quoi ça parlait, avoir des connaissances sur le sujet. Ensuite on a essayé d'écrire aussi collectivement un film qui raconte  cette loi et son impact jusqu'à aujourd'hui. Ce qui est intéressant, c'est que ce sont les élèves qui ont fait le choix du contenu, de ce qu'il fallait dire mais aussi surtout qui ont réfléchi à la forme. Ils ont réalisé une vidéo avec plusieurs outils : un dessin, ("draw my life") qui raconte une situation : c'est la loi qui parle dans cette petite séquence . Ils ont aussi animé des images d'époque, des caricatures et ils se sont aussi filmés en différentes situations, des sortes de sketchs dans des situations du quotidien.
Une situation bien particulière à la fin du film montre une élève voilée qui arrive devant le lycée...
Aurélie Suteau : C'est un quotidien effectivement pour une partie des élèves. Elles arrivent voilées devant le lycée et elles doivent enlever le voile à l'entrée depuis 2004. Cette élève a choisi de se mettre en situation  pour qu'on aborde cette question.
Evelyne : On s'est séparé en plusieurs groupes et chacun gérait un thème ou des personnages historiques. On a tout mis en commun et on a fait un montage avec un fil rouge d'un livre qui s'ouvre comme un livre de contes. C'était très bien de se mettre dans la peau d'un personnage connu qui a fait quelque chose  pour la laïcité.
Emmanuelle : C'était vraiment une très bonne expérience qui nous a permis de nous rapprocher dans la classe, de voir qu'on n'avait pas tous les mêmes avis sur la religion mais surtout de voir qu'on était tous égaux, que la religion ne devait pas nous séparer.

Reportage réalisé au Lycée Jean Moulin à Béziers du 7 au 11 décembre 2015
Reportage en version audio diffusé sur Radio Pays d'Hérault

 

1) Conférences sur la laïcité au cours de cette semaine - à réécouter sur Radio Pays d'Hérault :
- Lo paratge occitan médiéval : précurseur en Languedoc des valeurs de la République ? une conférence de Felip Hammel
"http://www.rphfm.org/Allez-savoir-Lo-paratge-occitan.html"http://www.rphfm.org/Allez-savoir-Lo-paratge-occitan.html
- Le principe de laïcité en droit, une conférence de Michel Miaille
"http://www.rphfm.org/Allez-savoir-Le-principe-de.html"http://www.rphfm.org/Allez-savoir-Le-principe-de.html
(2) le prénom des élèves a été modifié
(3) lien pour voir ce film bientôt sur le site du Lycée Jean-Moulin