Une AMAP(Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) naît en général de la rencontre d'un groupe de consommateurs et d'un producteur prêts à entrer dans la démarche. Ils établissent entre eux un contrat pour une saison (on distingue en général deux saisons de production : printemps / été et automne / hiver), selon les modalités suivantes.

Par Jean-François Gaudoneix

Ensemble, ils définissent la diversité et la quantité de denrées à produire pour la saison. Ces denrées peuvent être aussi bien des fruits, des légumes, des œufs, du fromage, de la viande... 
La diversité est très importante car elle permet aux partenaires de l'AMAP de consommer une grande variété d'aliments, d'étendre la durée de la saison, et de limiter les risques dus aux aléas climatiques et aux éventuels problèmes sanitaires. Pendant la saison, et ce de manière périodique (par exemple une fois par semaine), le producteur met les produits frais (les fruits et légumes sont récoltés le matin même de la distribution) à disposition des partenaires, ce qui constitue leur panier. Le contenu de ce dernier dépend des produits arrivés à maturité. Il est possible, dans une certaine mesure, d'échanger les produits entre eux selon ses préférences. Le groupe de consommateurs et l'agriculteur se mettent également d'accord sur les méthodes agronomiques à employer. Ces dernières s'inspirent de la charte de l'agriculture paysanne et du cahier des charges de l'agriculture biologique1. Les AMAP participent ainsi à la lutte contre les pollutions et les risques de l'agriculture industrielle et favorise une gestion responsable et partagée des biens communs.

Le prix du panier est fixé de manière équitable


Le prix permet au producteur de couvrir ses frais de production et de dégager un revenu décent, tout en étant abordable pour le consommateur. Il est en général proche de celui d'un panier composé de la même manière en grande surface, tout en ayant une qualité nutritionnelle et gustative supérieure. En achetant leur part de production à l'avance, les consommateurs garantissent un revenu au paysan. L'AMAP participe ainsi au maintien d'une agriculture de proximité et à la gestion de la pression foncière. De par ce partenariat de proximité entre producteur et consommateurs, les AMAP favorisent le dialogue social entre ville et campagne, facilitent la coexistence entre les loisirs de plein air et les activités productives, et l'usage multiple des espaces agricoles. Notre département de l’Hérault compte un nombre assez important d’AMAP qui s’explique par le côté rural du département. Mais le biterrois en reste bizarrement dépourvu. Déjà, dans le numéro 8 d’EVAB, un article de Didier parlait des AMAP et regrettait qu’il n’en existe pas près de chez nous. Il y a près de 30 AMAP2 dans l’Hérault, mais aucune à Béziers !

 

Les plus proches sont à 20 ou 40 km !


A Roujan par exemple, on trouve « La révolte de Ciflorettes ». Des personnes soucieuses de leur alimentation, de leur environnement, conscientes que l'acte de consommation est un acte citoyen sont à l'origine de la création de l'AMAP des Ciflorettes en 2008, avec pour objectif premier le maintien de l'agriculture paysanne. L’AMAP tente par ce moyen de « préserver l'existence et la continuité des fermes de proximité, dans une logique d'agriculture durable » (Extrait de la Charte des AMAP 2003). Tous les produits sont issus des fermes des producteurs et produits en agriculture biologique.

C'est autour de la devise « Bien se nourrir, c'est bien vivre » et de la Charte de 2003 que l'AMAP de Cantagal à Villeveyrac  s'est constituée. 
Elle entend, par son action et l'engagement de ses membres, soutenir fermement l'agriculture paysanne locale et se montrer réellement solidaire du producteur qui s'est engagé avec elle dans la voie de la culture bio et du total respect de l'environnement. Sur le terrain et toute l'année, les adhérents de l'AMAP consomment de beaux légumes sains et goûteux et participent à une riche et conviviale vie associative. L’abonnement est à l’année, et on peut réserver un panier ou un ½ panier.


On peut lire pour plus d’informations « Les AMAP : un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ? » par Claire Lamine aux Editions Yves Michel. Parmi les actions marquantes qui tentent, à leur échelle, d'œuvrer en faveur d'une relocalisation de la production et de la consommation, les AMAP sont exemplaires. Cet ouvrage présente de façon claire les principes de cette forme alternative de consommation et de production.

 

1)   Se reporter à http://www.reseau-amap.org/amap.php
2)  http://www.avenir-bio.fr/amap,herault,34.html