Sécurité en santé ou sécurisation des réseaux frontistes? Plus de six mairies frontistes et de nombreuses d'extrême droite apparentée, comme Béziers, ont porté un discours « social » en accueillant une Mutuelle de santé censée procurer une couverture complémentaire des soins médicaux à peu de frais et destinée aux plus démunis.

Par Khan Did

En effet, depuis l'obligation faite aux salariés de s'affilier à la mutuelle de leur entreprise, ne restent comme solutions que la couverture complète par l'Aide Médicale d'État (AME), réservée aux étrangers et bien sûr dans le collimateur de l'extrême droite, la CMU complémentaire réservée aux très faibles revenus, et pour les autres, la nécessité de cotiser à une complémentaire santé. Vont rester soumis à cette obligation les revenus supérieurs aux minima sociaux, même ceux qui dépassent bien peu ces minima. C'est cette population que vise le discours d'extrême droite promettant aux chômeurs, retraités pauvres et invalides, une solution favorable. Il omet bien de signaler que l'Assurance Maladie soutient les recherches de ces populations avec l'Aide Complémentaire à la Santé (ACS) qui est une allocation versée aux nécessiteux en conseillant de plus la meilleure mutuelle adaptée à leurs besoins.

 

La commune est intermédiaire entre le citoyen, le courtier et la compagnie


La promesse de la mutuelle communale est une cotisation de 0,72€ par jour, avec en bas et tout petit que c'est pour un sujet de 20 ans et une couverture basique. La cible de la mutuelle communale étant les pauvres, jeunes et vieux, les invalides, il est difficile d'envisager quel est son fonctionnement. Le principe mutualiste est que le risque et les cotisations sont mis en commun, et qu'il faut donc bien qu'il y ait des affiliés à forte cotisation et à risque faible. On peut donc prévoir que les cotisations évoluent rapidement à la hausse.

D'autant plus que l'initiateur qui a déposé à l'institut de la propriété industrielle le sigle de Mutuelle Communale, Robert Ottaviani, a vendu son cabinet, le bien nommé « Archange Conseil et Patrimoine » à Philippe de Saint Seine, gendre d'un conseiller logement de Marine Le Pen. La nouvelle boite s'appelle Traditia, et elle s'appuie sur la mutuelle Just, affilié à la Fédération Nationale Indépendante des Mutuelles, en partenariat avec un courtier monégasque...La commune est intermédiaire entre le citoyen, le courtier et la compagnie. La SARL Traditia dans laquelle Robert Ottaviani est actionnaire minoritaire et dont la comptabilité est déposée au registre du commerce de Bordeaux a augmenté son résultat net de 9527 à 44 249€ entre 2014 et 2015.

Le pseudo discours social des maires d'extrême droite est en fait un discours ultra-libéral

Béziers a ouvert le bal en septembre 2014 avec un accueil enthousiaste du maire à Robert Ottaviani. Celui-ci, bordelais, avait été contacté par Christophe Pacotte, chef de cabinet du maire, et on les voit, photographiés ensemble, hilares.

pacotteottaviani

Robert Ottaviani, comme Christophe Pacotte, est un proche du bloc identitaire. Il avait démarré comme chanteur de rock dans les années 90, dans le groupe « Ultime Assaut », et chantait entre autres à la gloire de la Légion des Volontaires Français qui avait combattu aux côtés de la division SS Charlemagne. Quelle ambiance ! Puis il avait été au Front National de la Jeunesse, comme témoignent les documents internes du FN, toujours près des Identitaires. Petit détour au MNR de Bruno Mégret, mais la soupe Le Pen était plus riche. Tous les maires d'extrême droite qui ont introduit cette mutuelle protestent de leur ignorance de sa coloration politique. Cependant, il n'y a jamais eu d'appel d'offres, et aucune mairie moins droitière n'y a eu recours. On peut donc s'interroger et conseiller aux possibles adhérents d'y regarder de plus près, de se rapprocher de leur caisse d'assurance maladie, et aux déjà-adhérents de rapporter les faits anormaux qu'ils constatent. Le pseudo discours social des maires d'extrême droite est en fait un discours ultra-libéral et leur fonctionnement par réseaux internes, ce qui rend leurs critiques à l'égard de leurs adversaires assez mal venues.