La gestion de la ville de Béziers par Robert Ménard révèle les projets et stratégies politiques de l'extrême-droite. Démembrements des services publics, enseignement abandonné, gestion brutale du personnel, communication démesurée, investissements en chute libre ...mais aussi et surtout, culture au rabais et police au sommet.

Par JC

Les crédits de fonctionnement affectés à la police municipale connaissent, avec l'arrivée de Robert Ménard à la tête de l'exécutif municipal, une croissance exponentielle.

                                       2013                 2014                  2015                 2016
police municipale       2 158 899€       2 537 360€           4 007 510€          5 881 164€

NB : ces dépenses n'incluent pas les charges relatives à la vidéo-surveillance

MnardsortsonamilervolverimagegraphiqueJC

 

soit une régression de 14.57 %

Et le budget 2018 (adopté le 19 décembre 2017) inscrit des crédits de fonctionnement pour la police municipale à hauteur de 6 235 870 euros !

Pendant la même période, les budgets de fonctionnement affectés à la culture sont réduits de manière très significative.

Globalement, les dépenses passent de 6 708 564 euros en 2014 à 5 730 822 euros en 2015, soit une régression de 14.57 % :

                                                            2014              2015
charges à caractère général               2 366 927        1 960 151
charges de personnel                        3 641 619        3 140 899

Dépenses sécuritaires en hausse, crédits réduits pour la culture, l'étude des comptes de la ville ne trompe pas.

Quand Ménard entend le mot "culture"... il sort son ami le revolver !