À toi le politicien qui derrière le masque de la démagogie caches tes traits véritables.

Toi qui sais allier les maux sociétaux à l'hardiesse des cœurs xénophobes.

Pourquoi dis-tu aimer ta ville quand la foule de tes habitants n'est pas la grande majorité que tu sers ?

On se presse pour ton éloge alors que tes gens sont laissés à l'abandon.

Comment ne pas être attristé de voir que l'humain est oublié au profit d'une minorité certaine.

Si le linge n'est plus aux balcons c'est sans doute le début du changement,

Celui qui démontre que l'art de la distraction revient de plus belle : « Donnez-leur du pain et des jeux » sera ta plus belle scène.

Oublie donc ton égo et tes beaux discours et réalise qu'il reste tant à faire.

À ces personnes qui luttent pour leur quotidien quand leurs perspectives d'avenir sont balayées d'un revers de main car rien n'est conçu pour aider le moins que rien.

Penses-tu à ces enfants qui grandissent trop vite car accablés par l'aide qu'ils doivent fournir à leurs parents ?

Penses-tu à ces citoyens qui demain te jugeront ?

Si, ici et maintenant, nous ne sommes pas capables d'ouvrir les yeux sur ce que nous laisserons à nos enfants alors c'est que l'argent vaut plus que le cœur.

Et c'est de cette société que nous créerons nos « monstres tueurs ».