Voici les paroles d'une chanson de Charles d'Avray. Elle date de 1901 mais elle semble fort d'actualité, après tous ces morts en Méditerranée, qui inspirent à nos chers élus une réaction principale : le commentaire sécuritaire : "Il faut lutter contre les passeurs qui exploitent la misère humaine".

lepen

Moi, bêtement, je pensais qu'ils allaient parler d'hospitalité et de combat contre la misère...

Grand ouvert est mon domicile,
Nul de vous ne doit l'ignorer,
Qu'on se le dise par la ville :
Quiconque peut y pénétrer.
Artisan de la pensée,
Si tu sens dans la poussée
Ta liberté menacée :
Viens chez moi !


Déserteur de la patrie,
Adversaire des tueries,
Si demain tu t'expatries :
Viens chez moi !
Avorteur, toi dont la science
Homicide par prudence,
A tes heures de malchance :
Viens chez moi !


Justicier des nobles causes
Qui t'insurges, t'armes, oses,
Puisqu'à la mort tu t'exposes :
Viens chez moi !


Étranger que l'on pourchasse,
Peu m'importe à moi ta race,
Dès que tu crains la menace :
Viens chez moi !


A toute loi je suis hostile,
Anarchiste invétéré,
Je pratique le droit d'asile
Et pour moi, ce droit est sacré.