Perspectives

En octobre 2010, à l'initiative de Cherif Berkane, Michaël Rachedi, Akim Khadir et Youssef Bounoua, le Club Socrate prenait racine à Narbonne. Entre constats lucides et propositions concrètes le Club Socrate se veut un facteur d'effacement de différences œuvrant pour un « meilleur vivre ensemble ».

Après l'expulsion des Roms de la déchetterie Brault, la 4° en 6 ans (et ils sont toujours là...), le traitement indigne qui leur est réservé, la non-application de la circulaire Valls prévoyant préalablement à toute évacuation une organisation d'un nouveau logement, et les paroles du porte-parole du gouvernement, Stéphane Lefoll : « Il faut absolument chercher à les faire retourner d'où ils viennent », un rapide survol de leur situation dans l'Union Européenne est résolument nécessaire.Tout d'abord, se souvenir de ce qu'ils disent unanimement: « Nous fuyons une situation insupportable en Roumanie, où nous sommes pourchassés et " pogromisés " ».

Comprendre la résurgence fasciste contemporaine à travers le prisme de Ni droite ni gauche. L'idéologie fasciste en France, de Zeev Strenhell. Cet excellent ouvrage rectifie le révisionnisme à la française qui efface l'empreinte fasciste dans l'Histoire de la France.

Le parti­-pris de l'auteur est de démontrer de manière solidement documentée, que la pensée fasciste est profondément enracinée dans la mentalité française. Elle se développe en réaction à l'esprit des Lumières, à son universalisme rationnel.

Il faudrait quitter cette ville, faudrait laisser tous nos rêves parler. Suis-je un rebelle si mon esprit est libre ? Serons-nous, toujours, des moutons dociles ? "Une jeunesse à côté", Fabulous Sheep, janvier 2014, titre éponyme.

Dans la banlieue parisienne, des rebelles non violents font refleurir et cultivent des terres en friche coincées entre industrie, voirie, centres commerciaux et... agriculture intensive. Portraits des "green guerilleros"

Est-ce que le jardinage peut s'apparenter à une guerilla ? À cette question les "guerilleros gardeners" citoyens pacifiques, armés de houes et de fourches répondent oui.

A Saillans, village de la Drôme, une liste collégiale qui pratique la démocratie directe à été élue dès le premier tour des élections municipales de mars 2014. Dans cette commune de 1199 habitants, le collectif « Autrement pour Saillans » à été élu avec 56,77 % des suffrages. Le lendemain de cette élection, le nouveau maire, Vincent Beillard confie au Dauphiné Libéré : "je pense que l'époque où le maire décide tout, c'est fini !".

Robert Ménard, s'il orchestre la propagande d'extrême-droite à Béziers, révèle combien les politiques de sécurité menées depuis trente ans sous les différents gouvernements, ont permis sa légitimation.

Depuis la rentrée de septembre, aucune initiative municipale ne s'est manifestée pour tenter de construire des temps d'accueil périscolaire.Des projets ont été publiés lors de la campagne municipale. Mr ABOUD, membre de la majorité d'alors et candidat UMP aux élections, proposait l'embauche de près de deux cents animateurs. Le projet socialiste et des partis plus à gauche visait aussi à investir encore plus massivement dans la construction d'un accueil périscolaire.

Si le concept d'identité nationale est intéressant à cerner, c'est surtout parce qu'il est utilisé à des fins xénophobes, voire racistes, par les politiques. L'expression « d'identité nationale » est apparue dans les années 1980, et petit à petit les politiques s'en sont emparé. Durant la campagne présidentielle de 2007, le candidat Sarkozy en a fait un de ses thèmes majeurs.

 En mai 2009, la Coordination Biterroise (Coordination des Collectifs ou Comités Biterrois pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé publique), adhérente à l'association Robin des Toits, organise une conférence débat: « Ondes Electromagnétiques Antennes Relais. Comment Concilier Progrès et Santé ? »

L'un des objectifs de la municipalité de Béziers est de restaurer le cœur de ville, un cœur considéré comme au bord de l'asphyxie, « vidé de lui-­même » (1) n'alimentant plus Béziers d'un sang pur. Pour le maire de Béziers, il convient de lui « donner une nouvelle âme » (2). Par quel procédé miraculeux notre maire va-­t-­il jouer à être Dieu ? Et quel est ce mal si profond qui ronge Béziers de l'intérieur et qu'il faudrait exorciser ? Quelle place donner à l'humain dans l'urbain ?

Que s'est­ il passé le 19 mars 1962 ? Si l'on posait cette question aujourd'hui à quelques quidams pris au hasard des rues, combien associeraient cette date tout à fait banale à première vue, à l'acte qui mit officiellement fin à la guerre d'Algérie ?

Le mode de lutte contre les déjections canines sur les trottoirs change : moins de prévention, plus de répression, mais pas plus d’écologie ! Dans le Journal de Béziers n°5, la municipalité annonce aux propriétaires de chiens que ceux qui ne ramassent pas les déjections de leur(s) bête(s) seront passibles d’une amende de 80€, contre 35€ auparavant : répressif. Elle annonce aussi qu’à partir du 19 janvier 2015, des paquets de 20 sacs pour déjections canines seront disponibles : un système qui semble nouveau, pratique , et préventif. Ah bon ?

tintin lou-ravi

L'émotion des derniers évènements étant quelque peu retombée, quelles questions cela nous pose-t-il ? Deux thèmes semblent se dégager et faire consensus, certains ayant pris le parti de les mettre à la sauce de l'Unité nationale, d'autres au contraire d'en interroger la légitimité et, s'il y a lieu, demandons-nous ce que cela nous dit de nous ?

Ménard sur l'estrade le 8 janvier

Secrétaire général de Reporter Sans Frontière jusqu'en 2008, Robert Ménard aime à se présenter comme un chantre de la liberté d'expression. Il défend Charlie Hebdo au moment des caricatures, fustige son directeur Philippe Val quand celui-ci licencie le dessinateur Siné accusé d'antisémitisme.