Cette nouvelle rubrique tente d'imaginer un Béziers libéré du Front National, une sorte d'après l'âge de pierre (ou de Robert).... Notre volonté est de rendre compte de réalisations à nos yeux exemplaires de villes et de villages qui, sans l'emprise du Front National, peuvent inventer, produire, accomplir.

Par Didier


C’est une invitation faite aux Biterrois d’ouvrir portes, fenêtres et volets en lieu et place de l’obscurantisme que nous connaissons.
En inventant nous aussi un après FN, un après Ménard.

Depuis 30 ans le village alsacien de Manspach (Haut-Rhin) a réussi le pari de conjuguer modernité et protection de l’environnement. Tout juste élu maire, Daniel Dietmann veut sauver la rivière dans laquelle il allait pêcher et nager quand il était enfant : la Largue. Pour dépolluer la Largue, il commence dès 1986 à faire le tour de toutes les communes du bassin versant. Professeur de biologie, il est sensibilisé à cette question. Avec le temps, il convainc les 58 communes du bassin versant concernées de se regrouper dans un syndicat. Aujourd’hui les réalisations sont exemplaires : plan de prévention des risques d’inondation, schéma d’aménagement des eaux (le tout couvert par un plan Natura 2000), station d’épuration biologique, déplacement des champs agricoles sur les plateaux, végétalisation des berges. Les poissons sont revenus, les inondations sont maîtrisées, les puits de captage d’eau potable optimisés, on peut à nouveau se baigner dans la Largue. Parallèlement à la dépollution de la rivière, la commune s’intéresse à la gestion des déchets.


La communauté de communes du bassin versant de la Largue devient la première de France à mettre en place un système de pesée embarquée. En clair il s’agit de réduire la part des déchets non recyclables via une tarification différenciée.

 

Plus on jette, plus on paye !


De 320 kg par an et par habitant il y a 20 ans, le poids des déchets non recyclés est actuellement passé à 76 kg. Bénéfice secondaire, réduire la part des déchets, c’est favoriser le recyclage. Il est ainsi possible, à partir des déchets recyclés, de fabriquer des tuiles pour la rénovation du toit de l’église. Le prochain chantier à Manspach c’est de profiter de la nouvelle toiture de l’église pour y installer des panneaux solaires photovoltaïques pour couvrir les besoins énergétiques de la nouvelle mairie. Pour terminer, on peut indiquer que Manspach est un petit village de 560 habitants qui mène depuis 30 ans des combats politiques et écologiques contre les délégations de service public, contre les multinationales de l’environnement les Suez, Veolia et . . . les gagne !


A Béziers, malheureusement, l’ambition du Front National et de R. Ménard c’est de faire une O.P.A sur les églises et les fidèles qui s’y rassemblent, pas d’en rénover les toitures et d’y installer des panneaux solaires photovoltaïques.  Dans ce décalage entre Béziers et Manspach se résume le passéisme de l’édile Biterrois et la preuve qu’ailleurs la religion peut ne pas être mêlée à un retour vers le passé.

11 Sous le FN La plage