Depuis quelques semaines, les médias se font l'écho d'une sorte de bataille de l'eau entre la municipalité de Béziers et l'agglo Béziers Méditerranée (la CABEME). Et Ménard de faire signer une pétition, d'exiger immédiatement une baisse de 5% du tarif de l'eau : baisse dérisoire, on verra plus loin. Et dans sa guerre contre le président de l'agglo, il n'hésite pas à utiliser la démagogie dans son journal (page 5) et une ridicule balance des voix (1673 pour Lacas et 15000 pour Ménard, plus exactement 14867) .


Quant à l'agglo, qui est devenue la collectivité compétente pour la gestion de l'eau, elle veut attendre fin 2016 pour renégocier tous les contrats. Ce qui peut sembler logique.
L'agglo a commandé un audit à deux cabinets (KFH et Service 2000), et doit se prononcer sur le devenir de la gestion de l'eau dans ses missions de distribution d'eau potable, d'assainissement des eaux usées et de l'entretien du réseau fin février 2015.
Mairie de Béziers et agglo ont pourtant un point commun d'importance : toutes les deux s'en remettent aux multinationales de l'eau : VEOLIA, Lyonnaise des Eaux (SUEZ) ou La Saur. Elles veulent faire jouer la concurrence. Mais ces multinationales sont en terrain conquis, elles ont de multiples filiales communes et elles réussissent à s'entendre : exemple de Paris où depuis 1984, l'une s'occupait de la rive gauche et l'autre de la rive droite...

ET POURTANT...

Dans l'audit, il est fait mention d'une autre solution, de loin plus économique, plus responsable, plus soucieuse de l'environnement et du gaspillage de l'eau. C'est la mise en régie publique de l'eau.

 

La privatisation de l'eau est estimée en France à plus de 70%


Selon l'étude, l'économie réalisée sur les factures serait d'au moins 15% ! Economie bien compréhensible quand on sait que l'on n'aurait plus à verser de dividendes aux actionnaires de ces multinationales. En faisant le choix de la régie publique, l'eau ne serait plus une marchandise dont on tirerait des profits, mais un bien commun que la collectivité distribuerait à son juste prix.
Ce n'est pas un hasard, si « l'eau de Béziers est la plus chère de France » (page 3 du bulletin municipal de Béziers). La facilité pousse les élus à choisir la délégation de service public. Facilité qui se traduit pour nous par une eau plus chère et de moins bonne qualité très souvent. Et en cela, ils y sont aidés par l'exception française : nous avons les deux géants mondiaux de l'eau avec SUEZ (Lyonnaise des Eaux) et VEOLIA. Leur puissance financière est devenue une puissance à convaincre : leur lobbying est des plus persuasifs.
La privatisation de l'eau (production, distribution et assainissement) est estimée en France à plus de 70%. C'est unique dans le monde. Notre voisine, la Suisse est à 100% en régie publique. Aux Etats-Unis – pays capitaliste s'il en est – la régie publique de l'eau est la règle. C'est maintenant qu'il faut se mobiliser pour introduire dans le débat citoyen la mise en régie publique de l'eau.

Pour la ville de Béziers ce n'est qu'une hypothèse : « sans écarter l'hypothèse d'une régie » (page 6).
Pour l'agglo, ce n'est qu'un argument agité comme une menace dans la négociation avec les multinationales de l'eau.
Pour nous, citoyens, c'est la seule solution à étudier parce qu'elle est la moins chère, celle qui est la plus soucieuse de la ressource (moins de fuite d'eau), la plus respectueuse de l'environnement (moins de pollution) et la plus citoyenne.

C'est pour ces raisons que nous vous invitons à venir débattre avec nos élus, les cabinets d'études et le CARPE (Collectif d'animation pour une Régie Publique de l'Eau) le Vendredi 6 Février 2015 à 18h30 à la MEDIATHEQUE ANDRE MALRAUX de BEZIERS.

Le CARPE (Collectif d'Action pour une Régie Publique de l'Eau)

 

https://france.attac.org/actus-et-medias/les-videos/videos/water-makes-money

http://rue89.nouvelobs.com/2007/12/13/et-si-on-repassait-a-une-regie-publique-de-l%E2%80%99eau

http://www.dailymotion.com/video/xda04e_c-est-quoi-ce-truc-une-regie-publiq_news

http://www.dailymotion.com/video/xglrhu_la-regie-publique-ca-change-tout_news

Et un livre : L'eau des multinationales, les vérités inavouables. (Roger Lenglet et Jean-Luc Touly). Que cache notre facture d'eau ? Ce livre révèle les méthodes des grandes compagnies de l'eau pour transformer les usagers en " vaches à lait " et neutraliser les élus.