En octobre 2010, à l'initiative de Cherif Berkane, Michaël Rachedi, Akim Khadir et Youssef Bounoua, le Club Socrate prenait racine à Narbonne. Entre constats lucides et propositions concrètes le Club Socrate se veut un facteur d'effacement de différences œuvrant pour un « meilleur vivre ensemble ».

socrate

Socrate arrive à Béziers

Socrate qui se définissait comme citoyen du monde, abattant de fait toute frontière avec l'autre, a inspiré les membres, laïcs et républicains, du Club éponyme. Le Club Socrate est une association de citoyens qui ont opté pour un fonctionnement sans bureau, collégial donc « une personne pour une voix », une sorte d'agora où tous les membres parlent sur un même pied d'égalité.

Le Club Socrate pose d'emblée le premier constat qui a permis la convergence des énergies citoyennes donnant naissance au club de réflexion : « pour beaucoup l'ascenseur social est en panne. La discrimination est trop souvent à l'œuvre renvoyant en périphérie des citoyens qui ne différent pourtant en rien, en droits et devoirs du reste de la société ! Socrate c'est une France de toutes les couleurs, de toutes les religions, de toutes obédiences politiques à l'exclusion de l'extrême droite ! ».

Les constats que posent les membres de Socrate ne sont malheureusement pas nouveaux.
Lucides, les membres confirment même : « C'est pire qu'avant ! ». La sous représentation, dans les instances décisionnaires, de certaines catégories de citoyens, est un des angles de travail du club Socrate « nous sommes Françaises et Français, pour certaines et certains le parcours scolaire les a menés jusqu'à de nombreuses années d'étude après le bac et pourtant l'accès à des postes importants reste difficile, voire impossible. Beaucoup de ces citoyens restent cantonnés à des tâches subalternes ! » et de renchérir « pourtant nous passons toutes et tous par la même école républicaine, mais pour certains ça ne semble pas suffire ! » et de conclure sur une réalité troublante mais qui reste le terreau de cet engagement citoyen « le Languedoc Roussillon compte deux cents élus, sur ce nombre seul un élu est issu de la diversité ! ».

 

N'ayez pas peur, participez vous aussi, pour faire reculer les discriminations

 

L'idée de Socrate est donc de produire, à partir d'une réflexion commune, un éventail de propositions à destination des politiques avec l'objectif de voir un maximum de ces propositions reprises et appliquées.

C'est déjà le cas pour certaines d'entre elles. En effet, en 2013, après un long travail sur le thème « la représentation de la diversité dans le département de l'Aude et en France », le club faisait parvenir au Conseil Général de l'Aude un ensemble de propositions dont quatre points allaient être retenus et mis en application par le Conseil Général :

- la désignation d'un vice président en charge de la cohésion départementale (effective depuis les élections cantonales de 2015).

- la désignation au sein du Conseil Général d'un chargé de mission dédié à la diversité.

- la mise en place des prix annuels des « talents de la diversité »

- l'implication des élus

Des actions concrètes

Approcher les lieux et personnages de pouvoirs territoriaux, mais aussi au niveau national, comme lors des rencontres avec François Hollande ou Rachida Dati pour débattre et élaborer des rapports, le Club Socrate sait faire ; mais c'est aussi et surtout en partant de la base citoyenne que la structure peut également proposer des actions concrètes toujours en relation avec le combat citoyen qu'est la lutte contre toutes les discriminations.

Comme lors du projet de théâtre qui a été mené en 2014 auprès et par les élèves d'un collège de la ville. « Moi raciste !? » entend faire l'état des lieux de l'ensemble des discriminations qui pourrissent la vie en société (sociales, sexuelles, ethniques...) et surtout amener les jeunes à réfléchir aux solutions qu'ils peuvent apporter en tant qu'acteurs de leur propre citoyenneté.

Proposer, suivre et évaluer

« Tout ce que votent nos parlementaires à Paris n'est pas forcément appliqué par ces mêmes parlementaires au sein de leur territoire. Du coup on produit, on propose et l'on suit de très près si les déclarations d'intention sont ensuite appliquées! Mais surtout on reste au contact des jeunes à qui l'on dit « n'ayez pas peur, participez vous aussi, pour faire reculer les discriminations saisissez-vous des outils de la République, n 'hésitez pas à vous engager durant des élections ! ». L'objectif étant de contribuer à changer les perspectives que peuvent s'imaginer avoir les jeunes face à la construction enfermante et périmée, mais hélas toujours trop souvent à l'œuvre, à laquelle des citoyens sont souvent confrontés : « pour beaucoup on leur laisse entrevoir des possibilités de s'en sortir... grâce au foot et au rap ! C'est maigre et surtout le pays se coupe de beaucoup d'énergies en n'accompagnant pas, ou mal, la progression sociale à laquelle aspire la totalité de ces jeunes ! »

Plusieurs relais « socratiques » existent déjà à travers la région comme à Montpellier, Toulouse, Lunel, Carcassonne, Limoux ou Perpignan. En attendant que soit officialisée la création du relais Biterrois, le club Socrate présentera au mois de mai son dernier rapport qui portera sur des questions essentielles portant sur l'emploi, le logement, l'éducation et la culture.

De la réflexion à l'action, Socrate semble donc montrer le chemin, « sur Narbonne ça porte ses fruits et ça, on peut l'évaluer au degré d'investissement et d'engagement des jeunes. Ceci dit, il faut être conscient que pour être entendu, encore aujourd'hui, il y a encore du chemin à parcourir ! » Bien décidé à s'implanter en terre de Riquet, le Club Socrate se pose comme un outil supplémentaire dédié à la lutte contre les discriminations et à l'action citoyenne.

Contacts Club Socrate: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.