Décryptage

Passe, passe le buzz, y'a du monde sur la corde à linge (mais de monde de moins en moins à Béziers). Il paraît que depuis qu'il est arrivé à la municipalité, le maire de Béziers se gausse des nombreux « buzz » qui, selon lui, font à nouveau parler de la ville.

Depuis les victoires municipales et départementales du FN en mars 2014 et 2015, une question est posée aux progressistes Biterrois : une situation identique à celle d'Orange est-elle en gestation dans la ville et ses environs ?

Pour ce numéro 5, nous poursuivons les rencontres avec les acteurs de la jeunesse, en tout cas avec ceux qui participent au quotidien à la formation des futurs citoyens biterrois.

Enquête sur un crash environnemental, parallèle avec le traitement du nouveau crash économique de Béziers, ou Jules Védrines et Robert Ménard sur le toit des galeries Lafayette.

« Venez nombreux saluer la mémoire d'un héros français ! » Facile à dire ! C'est un peu comme « Libérer la parole ! » : on le crie haut et fort, mais quand il s'agit de gérer l'affluence ou de faire face à ceux qui ont des choses à dire, alors là, c'est une autre affaire !

Y'a des Punks dans mon Quartier. A la fin des années 1990, en bande originale du film de la société française qui assistait à la montée du nationalisme et du FN, la scène alternative, underground, laissait exploser les décibels d'une jeunesse qui frontalement, dans la rue comme dans les concerts, s'opposait à la poussée nationaliste.

Une catastrophe, un séisme, un choc ? Les dernières départementales et les scores importants de l'extrême droite n'ont pas manqué d'émouvoir les militants, les républicains, les gauchistes dont je fais partie.

Je ne pensais pas réécrire un papier sur l'identité nationale, mais le journal municipal continuant sa propagande identitaire, je me sens obligé d'insister.

Ondes, flotte, collaboration et servilité des politiques, opacité, maquillage et manipulation de l'information ou comment le fabuleux trio[1] installe la télérelève des compteurs d'eau sur Béziers et prépare la venue des compteurs GASPAR.

L'affaire commence au printemps 2014. La Coordination Biterroise[2] est interpelée par le Collectif Vigilance Compteurs Sans Fil créé autour de l'école de La Chevalière où une antenne vient d'être en catimini installée sur le toit.

La pensée fasciste a toujours eu besoin d'un bouc émissaire. Traditionnellement les mêmes fascistes font endosser ce rôle aux Juifs. Pourtant depuis le 11 septembre, un nouvel adversaire est apparu : le musulman. Le bloc identitaire est en France le groupe fasciste le plus en pointe dans cette nouvelle orientation. Des soupes populaires au cochon, aux autocollants « contre la racaille tu n'es pas seul », le bloc identitaire développe une haine du musulman qui va bien au-­delà d'une aversion pour les Djihadistes.

Né en 1911 et reconnu d'utilité publique, le mouvement des Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF) avance des idées liées à la Paix et à la Fraternité. À Béziers il existe un groupe d' Éclaireuses et Éclaireurs de France qui accueille tous les enfants sans distinction pour participer à des activités basées sur le scoutisme (en relation avec l'environnement, la nature), mais ce sont aussi la laïcité et bien d'autres valeurs fondatrices d'une société apaisée, qui sont approchées lors des regroupements.

C'est amusant à sa façon, dans l'une des villes les plus pauvres de France, de programmer une « résurrection » par le luxe. L'équipe municipale qui épingle les journalistes (le « landernau médiatico­bobo parisien s'est affolé », lit­on dans le JDB n°9 du 15 mars 2015, p.3) reproduit exactement les mêmes travers.

Ursula décrypte les dernières prouesses des forts en com’ de la Mairie et trouve matière à s’ex­tasier. Ce mois ­ci les saillies de monsieur le Maire m’ont gonflée à bloc ! Diable ! C’est qu’il a le sens de l’image, le bougre ! Déjà, dans le journal municipal (JDB) du 15 février il nous fait la surprise d’une délicieuse contrepèterie, p. 14­15, avec ce titre « Cool mouillées » qui n’a de sens que si l’on rétablit « Couilles moulées ».

Dans la veine la plus misogyne de l'idéologie historique portée par l'extrême droite, monsieur Robert Ménard et son équipe apparaissent comme des phallocrates bourgeois avec un maire omniscient, omnipotent, omniprésent, une sorte de Caudillo en pays occitan.

Décryptage de la photo de foule du jeudi 8 janvier 2015 et retour sur le Journal de Béziers du 15 janvier, pp. 4­5.La photo sur la double page du JDB du 15 janvier 2015 représente un tableau commun, vu les circonstances : c’est le jeudi 8 janvier 2015.