Décryptage

A l’heure où sonne partout le tocsin médiatique et politique nous imposant une séquence martiale inappropriée et déconcertante, où il faut crier Patrie, Nation, sortir les drapeaux tricolores aux fenêtres pour justifier son Amour profond de la France, où on invite chacun à chanter à pleins poumons la Marseillaise, il est bon de rappeler quelques repères historiques et géopolitiques.

Par DGRojoyVerde

L'attraction du symbole est une constante pour les nouveaux dirigeants, qui plus est chez ceux dont l'action politique est creuse. Et en bon communicant, il suffit d'une juxtaposition de plusieurs symboles pour délivrer un message très explicite.

Par DGRojoyVerde

 

Avant d'assister à ce spectacle, j'avais téléphoné car il était indiqué que la séance de 16 heures était pour le jeune public. Surprise à mon arrivée de voir un parterre de retraités avec ou sans leurs petits enfants et quelques familles. Les grands absents : les jeunes de 14 à 25 ans. Ce n'était d'ailleurs pas plus mal, ils ont ainsi évité un bourrage de crâne.

Par Jean-François Gaudoneix

Depuis bientôt 2 ans, la voix du maire, dans ses décisions, ses discours, son journal, sème des paroles de discorde et, se drapant dans une posture catholique prosélyte et intolérante, essaie inlassablement de dresser la population contre les maghrébins et syriens, qu'il couvre du terme générique de « musulmans », fussent-ils catholiques ou incroyants.
Responsables de tous les maux, ils sont transformés en boucs émissaires, selon une technique qui rappelle fâcheusement les dérives allemandes de sinistre mémoire.

par Khan Did

Je suis né en 1976 et voici les trois mots que j’ai entendus le plus avant la dernière décennie : immigration, chômage, crise. Avant que ne viennent d’autres mots et maux, climat, énergie, réfugiés, migrants, catastrophes, islamisme, attentats.

Par DG.Rojoyverde

La politique culturelle des mairies d’extrême droite est un grand sujet. Ménard a beau jeu de prendre pour slogan « Béziers libère la parole » pour les meetings que la municipalité organise. La parole « libérée » ne l’est que sous condition : elle doit toujours être réactionnaire et clivante.

Par Arsene

Vous connaissiez le JDB, ses avalanches de vulgarités et son autosatisfaction à revendre. Ce JDB qui occupe deux fois par mois un bon nombre d'employés communaux, à raison de deux par secteur, pendant plusieurs jours, pour distribuer 40 000 exemplaires, apporte la « bonne parole » dans les foyers biterrois.

Par Gaudoneix

Ignoble stupidité de ces meurtres de masse, de démonstration, qui brisent les destinées de façon aveugle et aléatoire.Tristesse et rage contre cette violence inutile et ravageuse, faite pour apeurer, susciter la division et la haine et obéir à la folie de quelques-uns, sous couvert de la «volonté divine ».

Par Khan Did

Si près de Béziers, le début des émeutes de 2005 à Clichy sous-bois. Les plus grands drames humains naissent d’une volonté politique qu’ils se réalisent et d’une conjonction temporelle.

par Didier

Tel est le cri poussé sous forme de lettre dans le Monde diplomatique de septembre 2015 par Aminata Traoré, ancienne ministre de la Culture du Mali. Elle rappelle les plus de 3000 noyés en Méditerranée parmi les migrants qui fuient la misère et les guerres, deux situations éminemment liées, et cela dans une indifférence à peine atténuée par quelques hypocrites et fugitives vagues émotionnelles.

par Khan Did

La filiation de R. Menard avec l’OAS est multiple, par son père tout d'abord, par ses écrits (Boulevard Voltaire), par ses paroles (cimetière neuf), par ses actes (changement de nom de la rue du 19 mars 1962).

Par Didier

L’homophobie est de ces sentiments haineux qui traversent clivages religieux, fascismes et totalitarismes pourtant parfois antagonistes. Petit tour d’horizon multiscalaire.

Par Didier

Analyse de l’activité Twitter autour des« hashtags » (ou « mot dièse ») #Béziers et #Ménard sur plusieurs mois.

Par Koniec

"Sommes nous" premier acte. De quoi Béziers est-elle et n’est-elle pas, ou plus, le nom ? Ce qu’on en dit en se plaçant d’un point de vue journalistique, c’est que Béziers est devenue une scène médiatique. Au-delà de cette scénarisation et de ce qu’elle dit du système géopolitique local, que "sommes-nous"1 ?

Par David

Le 12 septembre , le palais des congrès de Béziers a accueilli le congrès du Comité Veritas, dont le but affiché vise à rétablir la vérité historique de l'Algérie française. Soutenu par la majorité municipale, le maire ainsi que le député Elie Aboud affilié au parti les Républicains participeront aux débats.

Clairette