Décryptage

Depuis 3 mois, la police française, suite aux attentats de novembre 2015, a effectué 4000 perquisitions « musclées », 60 assignations à résidence arbitraires, dont certaines ont été annulées par le Conseil d’État, avec à la clé des humiliations, des pertes d'emploi, des dégradations de domicile, aboutissant à QUATRE enquêtes préliminaires pour suspicion de terrorisme.

Belle efficacité !

par Khan Did

 En écoutant une chronique sur une radio du groupe Radio France portant sur le « Je suis » si symptomatique de l’année 2015 et décliné à toutes les sauces, le chroniqueur faisait remarquer que « je suis…je suis » avait été la marque de fabrique d’un animateur télé célèbre, Julien Lepers, débarqué comme un mal propre d’avoir trop été.

 par DGRojoyVerde

 Une étude de l’INED et de l’INSEE pointe la ségrégation de la société française à l’égard des immigrés et de leur descendance

par Koniek

Alors que les Biterrois accentuent leurs luttes pour défendre la laïcité, l'écologie est encore peu présente dans les débats. Comme si la Cop21 n'avait pas eu lieu. A Béziers, comme partout en France, on a surtout retenu que l'instauration de l'état d'urgence avaient empêché les manifestations de citoyens et avait provoqué l'assignation à résidence de 17 militants écologistes

Par Sunzi


Albert Camus, dont nous avons célébré le centenaire de la naissance en 2013, avait lancé à peu près cette phrase à un journaliste qui lui posait la question de savoir s’il était de gauche. Il avait répondu par l’affirmative « malgré moi et malgré elle », avait-il ajouté.

Par DGRojoyVerde

Le F.N progresse partout . . .  sauf à Béziers ! Avec 6 820 147 voix (soit 15,23 % des inscrits) au second tour des élections régionales, l’extrême droite fait mieux qu’à la présidentielle de 2012 où elle avait recueilli 6 421 426 voix (soit 13,29 % des inscrits). 
Par Didier

L’histoire du droit de vote des immigrés et de la déchéance de nationalité en France, c’est l’histoire du reniement de promesses électorales vieilles de 35 ans et de l’alignement récent sur les thèses de l’extrême droite et de la droite extrême.

Par Didier

A l’heure où sonne partout le tocsin médiatique et politique nous imposant une séquence martiale inappropriée et déconcertante, où il faut crier Patrie, Nation, sortir les drapeaux tricolores aux fenêtres pour justifier son Amour profond de la France, où on invite chacun à chanter à pleins poumons la Marseillaise, il est bon de rappeler quelques repères historiques et géopolitiques.

Par DGRojoyVerde

L'attraction du symbole est une constante pour les nouveaux dirigeants, qui plus est chez ceux dont l'action politique est creuse. Et en bon communicant, il suffit d'une juxtaposition de plusieurs symboles pour délivrer un message très explicite.

Par DGRojoyVerde

 

Avant d'assister à ce spectacle, j'avais téléphoné car il était indiqué que la séance de 16 heures était pour le jeune public. Surprise à mon arrivée de voir un parterre de retraités avec ou sans leurs petits enfants et quelques familles. Les grands absents : les jeunes de 14 à 25 ans. Ce n'était d'ailleurs pas plus mal, ils ont ainsi évité un bourrage de crâne.

Par Jean-François Gaudoneix

Depuis bientôt 2 ans, la voix du maire, dans ses décisions, ses discours, son journal, sème des paroles de discorde et, se drapant dans une posture catholique prosélyte et intolérante, essaie inlassablement de dresser la population contre les maghrébins et syriens, qu'il couvre du terme générique de « musulmans », fussent-ils catholiques ou incroyants.
Responsables de tous les maux, ils sont transformés en boucs émissaires, selon une technique qui rappelle fâcheusement les dérives allemandes de sinistre mémoire.

par Khan Did

Je suis né en 1976 et voici les trois mots que j’ai entendus le plus avant la dernière décennie : immigration, chômage, crise. Avant que ne viennent d’autres mots et maux, climat, énergie, réfugiés, migrants, catastrophes, islamisme, attentats.

Par DG.Rojoyverde

La politique culturelle des mairies d’extrême droite est un grand sujet. Ménard a beau jeu de prendre pour slogan « Béziers libère la parole » pour les meetings que la municipalité organise. La parole « libérée » ne l’est que sous condition : elle doit toujours être réactionnaire et clivante.

Par Arsene

Vous connaissiez le JDB, ses avalanches de vulgarités et son autosatisfaction à revendre. Ce JDB qui occupe deux fois par mois un bon nombre d'employés communaux, à raison de deux par secteur, pendant plusieurs jours, pour distribuer 40 000 exemplaires, apporte la « bonne parole » dans les foyers biterrois.

Par Gaudoneix

Ignoble stupidité de ces meurtres de masse, de démonstration, qui brisent les destinées de façon aveugle et aléatoire.Tristesse et rage contre cette violence inutile et ravageuse, faite pour apeurer, susciter la division et la haine et obéir à la folie de quelques-uns, sous couvert de la «volonté divine ».

Par Khan Did