Depuis 3 mois, la police française, suite aux attentats de novembre 2015, a effectué 4000 perquisitions « musclées », 60 assignations à résidence arbitraires, dont certaines ont été annulées par le Conseil d’État, avec à la clé des humiliations, des pertes d'emploi, des dégradations de domicile, aboutissant à QUATRE enquêtes préliminaires pour suspicion de terrorisme.

Belle efficacité !

par Khan Did

Les ONG, Amnesty International, Human Rights Watch, Médecins sans frontières, ont dénoncé ces pratiques liberticides et contraires aux droits de l'Homme. Les autorités européennes (Nils Muiznieks, commissaire européen aux droits de l'homme sur France Culture) s'émeuvent de ces actes arbitraires et contre-productifs, dirigés contre des militants écologistes et des musulmans, augmentant l'impression de discrimination, de citoyens de seconde zone, et créant un racisme prêt à exploser sous l'influence de la crise sociale austéritaire et des sirènes populistes.

 

Une fois l'état d'urgence constitutionnalisé, qu'en feront les prochains gouvernants si la droite extrême arrive au pouvoir ?

 

Il aurait été trop facile et trop intelligent de rassembler la communauté musulmane, qui réprouve les actes barbares, et de l'associer à une action préventive autrement plus efficace à l'encontre de ses éléments radicalisés, pour autant qu'on lui accorde un statut de collaboratrice à « l'union nationale ». Que d'occasions manquées, que d'humiliations contre-productives, que de gâchis… Quand on sait que les attentats de Merah, Charlie et du Bataclan ont, comme le révèle Mediapart,  été favorisés par la fusion, selon le vœu de Sarkozy, de deux services de renseignement, la DST (Direction de la Sécurité du Territoire) et les RG (Renseignements Généraux), de façon à supprimer des postes de fonctionnaires, on comprend les pertes de contact avec les terroristes. C'est ainsi que Merah, les Kouachi et Coulibaly ont été perdus de vue et que les menaces qui avaient été adressées aux propriétaires du Bataclan n'ont pas été prises en compte (Canard Enchaîné février 2016).

On ne nous fera pas croire que des actions « tous azimuts » visant des militants écolos et des musulmans vont aboutir à une protection contre de nouveaux actes terroristes. Et une fois l'état d'urgence constitutionnalisé, qu'en feront les prochains gouvernants si la droite extrême arrive au pouvoir ? Sors du corps de Hollande et Valls, Marine le Pen, on t'a reconnue !