Par les accords du Touquet de 2003, la France a accepté que la frontière avec la Grande-Bretagne passe par Calais et s'est engagée à en contrôler les passages, le chiffre de migrants à ne pas dépasser étant de 1500 par an. Depuis janvier 2015, la frontière a été « sécurisée », de sorte que les tentatives de passer par le tunnel sous la Manche se sont intensifiées (1500 à 2000 par jour), avec 11 morts en 2015.

par Khan Did

S'est donc constitué un « bassin de rétention», à Sangatte dans un ancien hangar d'Eurotunnel, susceptible d'accueillir 800 personnes, 1800 en fait. Il a été fermé en 2002.

 C'est alors qu'est née la « jungle », dans un petit bois proche du port de Calais. 500 à 800 Afghans essentiellement y survivaient dans des abris précaires sans aucun équipement sanitaire. Cette première jungle a été démantelée en décembre 2009. Aucune solution n'ayant été trouvée et les migrants n'étant en rien découragés à rejoindre parents ou amis en Angleterre, une nouvelle jungle s'est constituée sur une ancienne zone industrielle autour d'une usine chimique. Toujours 600 à 800 personnes, venant du Soudan, d'Erythrée, d'Afghanistan... Elle a été évacuée en 2014.

 

Peut-on exprimer plus explicitement la négation du statut d'Homme ?

 

Enfin, début 2015, est née la « new jungle », près d'une bretelle d'autoroute, qui accueillait 3000 personnes dans des conditions tellement effroyables qu'elles émurent la Commission européenne.(1)
Mi-décembre, des containers ont été mis à disposition, offrant 400 places, essentiellement pour les femmes et les enfants.
Pendant la COP 21, on s'est empressé d'évacuer nombre de personnes vers des CAO (Centres d'Accueil et d'Orientation) destinés à traiter leurs cas en un mois au plus. Ils accueillent souvent des mineurs isolés et des personnes mal informées de leurs droits (2), de sorte que dans 65 % des cas, les séjours y sont supérieurs à 2 mois.

Fin janvier, la Préfète s'est émue  et a demandé l'évacuation de la « new jungle », sachant qu'on pouvait assurer les 400 places en containers et orienter 1500 personnes en CAO.
 Le problème des CAO est que certains ferment au printemps.
 Celui de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées va fermer le 31 mars. Les conditions d'évacuation, sans aucun pilotage national, la présence de mineurs isolés sont dénoncées par 8 associations humanitaires. (3)
 De fait, la brutalité de la destruction des abris de fortune et des maigres biens, la non-prise en considération des personnes ont conduit 12 iraniens à se coudre la bouche avec du fil les 3 et 4 mars…(4). Peut-on exprimer plus explicitement la négation du statut d'Homme ?

 

(1) JDD. 3/8/2015
(2) Le Monde 1/3/2016
(3) Le Monde 18/2/206
(4) Le Figaro 2/3/2016