Vous connaissiez le JDB, ses avalanches de vulgarités et son autosatisfaction à revendre. Ce JDB qui occupe deux fois par mois un bon nombre d'employés communaux, à raison de deux par secteur, pendant plusieurs jours, pour distribuer 40 000 exemplaires, apporte la « bonne parole » dans les foyers biterrois.

Par Gaudoneix

Mais ce traitement de choc ne pouvait suffire. Il fallait d'autres moyens encore plus pénétrants pour inonder les citoyens biterrois. Vous ne connaissez pas ? EVAB va vous les faire découvrir.Le site Internet de la ville est un de ces moyens! A la page actualité vous découvrirez toutes les gesticulations de votre maire, tous ses « combats », toutes ses fixations.

 

Un article sur les inondations ? Sur l'épicerie des Tilleuls ? Ménard répond !


Ces derniers temps, on en relève deux principales :
Son combat contre les médias, où il privilégie Midi Libre, journal qui, à ses dires, n'a pas de lecteurs à Béziers, et qui pourtant a l'air de le préoccuper pas mal. Il pleure sur le boycott de De Villiers : il faut dire que le bonhomme venait pour la deuxième fois « libérer sa parole ». C'est peut-être un peu beaucoup. Il répond à un journaliste du Midi Libre : « misère du journalisme, journalisme de misère ». Il s'en prend dans "On ne bouge pas" à un journaliste du Midi Libre. Un article sur les inondations ? Sur l'épicerie des Tilleuls ? Ménard répond ! Mais il s'en prend aussi au Monde pour un article sur la culture à Béziers.

Et sa croisade contre ces soi-disant terroristes islamistes biterrois, déjà désignés à la vindicte populaire à deux reprises dans le JDB. Ménard alerte l'Etat; Révélations sur les militants de la haine ? Il s'en prend à des citoyens biterrois qui osent s'opposer à sa politique. Et d'autres communiqués comme la « Charte des mosquées », « Imam en eaux troubles », font de la surenchère islamophobe dans un moment où il vaudrait mieux calmer les esprits.

YMCA

Le titre le plus choquant et le plus malhonnête est : « Départ des clandestins à La Devèze, l'action de la Mairie a payé ». TOUT EST FAUX. Si Ménard avait fait son travail d'élu au lieu de se prêter à une parade médiatique, il aurait expliqué à ces réfugiés – et non à ces clandestins – qu'il fallait qu'ils demandent un statut de réfugiés pour ainsi avoir une place en CADA (Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile). Ce que Ménard n'a pas fait, des associations l'ont fait, sans tapage médiatique. Et ces réfugiés, inscrits à l'OFFI (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) sont allés dans des CADA. Mais dit comme cela, ça ne sert pas sa propagande, ses idées fixes.

Et quand dans la rubrique "actualité" du site de notre bonne ville, on ne dénonce pas médias ou citoyens, on se préoccupe de notre maire, on le suit pas à pas dans ses actions, ses déplacements, ses discours :Ménard dévoile la crèche, discours de Ménard, Lettre de Ménard. Mais là, EVAB trouve cette com  un peu vieillotte, un peu « has been » : elle n'utilise pas tous les moyens de la com moderne. Aussi, nous proposons que les citoyens de Béziers puissent suivre Ménard avec des webcams ! Une webcam dans le salon de Ménard, une webcam dans le bureau de Ménard, des webcams mobiles pour ne pas perdre des instants de sa vie !

 

Nous proposons que les citoyens de Béziers puissent suivre Ménard avec des webcams

 

EVAB a eu la curiosité de visiter d'autres sites de mairies, pour voir si ailleurs, on retrouvait un tel comportement. Rien de tout cela. De nombreux sites municipaux n'ont pas de rubrique « actualité », et quand ils en ont, ils font passer des informations d'un tout autre genre : pas de dénonciations, pas d'attaques de la presse, mais des informations bien plus apaisantes, dans le genre de ce que l'on attend d'une collectivité qui recherche l'harmonie entre ses concitoyens. Un maire n’est pas un chef de guerre ! Dans la rubrique "actualité" de la ville de Sète, on parle d'une collecte alimentaire nationale, d'apprentis de CFA qui ont reçu leur diplôme… Bref, à Sète, l'actualité parle de la vie des gens. C'est d'un commun !…  Ça ne peut pas faire l’affaire de la ville de Béziers….A Béziers, c'est le maire qui importe, ce qu'il dit, ce qu'il fait, ses combats, ses croisades. Alors que se passe-t-il à Béziers, pour que le journal municipal, le site de la ville aient une telle tonalité ? Qu'est-ce qui peut occasionner ce délire systématique, ces réactions agressives contre autrui ? L'orgueil ? L'hypertrophie du Moi ? Une rigidité du psychisme ? Un sentiment de persécution ?Il paraît que ça arrive souvent avec des fanatiques de la politique et de la religion....