Les deux affiches municipales à la gloire du vin rosé ont de quoi laisser quelque peu perplexe…

Sur les deux, c'est une très jeune et souriante fille qui en est l'ambassadrice. La première dit clairement qu'il n'est pas de bon ton de vanter les vertus de ce breuvage, mais — clignement d'œil —, entre nous on se comprend bien, et demain, j'enlève le bas…

Adolescents et autres classes d'âge, consommez ! Et consommez sans modération, car en bas de l'affiche, écrit en petit, genre « l'abus d'alcool est dangereux pour la santé », il est spécifié : « l'abus d'interdictions est mauvais pour la santé mentale ».
  

On voit clairement que la vague d'interdictions du début de mandat (couvre-feu des mineurs, linge aux fenêtres, crottes de chien, crachats, paraboles) a eu, sur ses auteurs au moins, les effets dangereux suggérés par l'affiche.

Il était bon, le rosé ?