France 2, à l'occasion du Conseil municipal du mois d'octobre, est venue à Béziers dans le cadre de son JT1 pour un reportage sur la politique menée par une municipalité d'extrême droite.

Rien que le choix des thématiques était... calqué sur celles que met Ménard en valeur dans sa com : sécurité, sécurité et...encore sécurité. Sans oublier le constat sur la pauvreté auquel on est habitué, et auquel Ménard répond par... la sécurité. Allez, un petit temps est quand même consacré aux quelques tensions au Conseil. Concernant le temps de parole, il est réparti de manière peu banale : Côté Robert Ménard (47% des voix au second tour de l'élection municipale), 1 minute et 36 secondes réparties entre 56 secondes pour le Maire, 13 secondes pour Brice Blazy, conseiller municipal du même bord, et 25 secondes pour deux dames interrogées pour illustrer la grande popularité de la politique ménardienne. Côté opposition, 32 secondes seulement, pour 53% des voix !

La façon dont sont interrogés les citoyens mérite aussi un commentaire : Les 2 dames évoquent d'emblée la sécurité : ont-elles été briefées ? Choisies du fait de leurs propos ? La présence du Maire n'a-t-elle pas influencé leurs propos ? Sont-elles représentatives de la population ?

Concernant l'opposition, pourquoi ne pas avoir interrogé (aussi) les élus qui siègent au Conseil municipal et connaissent les dossiers, en particulier Jean-Michel Du Plaa, vice-président du Conseil général en charge de la solidarité, ou Aimé Couquet, élu depuis 31 ans au Conseil municipal ? L'interview commence par un « selon eux », et dans la séquence d'après, à en croire France 2, c'est seulement « une partie de la population » qui serait dérangée par les méthodes du nouveau maire. A l'inverse de la « fermeté affichée » de Ménard qui semble bel et bien plaire « aux habitants »...ah oui ? Tous ? Selon des membres de l'UCH (Union Citoyenne et Humaniste Jean Moulin2) qui ont été interrogés par France 2, ils ont abordé nombre d'autres points autrement plus dérangeants pour le maire lors des 3h d'interview dans les rues de Béziers : budget, politique sociale, façon de faire de la politique... mais ces points n'ont pas été sélectionnés. La rédaction veut-elle en arriver au même bilan que chez Bompard, maire d'Orange et fondateur de la Ligue du Sud avec d'anciens membres du FN, à savoir l'abandon des quartiers au profit du centre-ville ?3

Dernière remarque qui dénote là encore le peu d'approfondissement du reportage, le taux de chômage est faux : sur la commune de Béziers, en 2011 (imaginez pour 2014), il est selon l'INSEE de 22%, et non de 15 % comme annoncé dans le JT.

 

1 france2-JT

2 Association biterroise loi 1901qui a pour objet la mise en œuvre et la fédération d'actions citoyennes humanistes et l'observation de la vie politique locale.

3 bilan-de-la-municipalite-fn-a-orange