A Charlottesville comme à Oran. L'extrême droite s'est depuis toujours fait une spécialité de la manipulation de la mémoire collective. Il en est ainsi des thèses révisionnistes qui revisitent le nombre de déportés, de juifs assassinés, le rôle de Pétain et de l'appareil d'état dans la France occupée.

Par Didier,

L'enjeu est de revisiter l'histoire pour la tordre et la présenter sous un aspect qui gomme l'indicible.

Aux U.S.A, l'extrême droite s'oppose violemment au démantèlement d'une statue

Les falsifications développées par les révisionnistes ont pour effet d'empêcher un retour critique sur des faits ou un événement. Le pseudo rôle protecteur qu'aurait joué l'état français pétainiste et la police dans la rafle du vélodrome d'hiver en est l'exemple le plus récent. Il en est ainsi de la manipulation opérée à Charlottesville dans l'état de Virginie aux U.S.A par l'extrême droite locale, comme de la manipulation opérée à Oran en Algérie par l'O.A.S de l'ex Algérie Française.

Aux U.S.A, l'extrême droite s'oppose violemment au démantèlement d'une statue équestre du général sudiste Lee qui commanda les armées confédérées lors de la guerre de sécession entre 1861 et 1865. Lee est ainsi présenté comme un modéré adversaire déclaré d'une forme radicale de l'esclavage qui aurait seulement défendu les valeurs du Sud contre les abolitionnistes du Nord. En déplaçant le curseur vers les valeurs, les révisionnistes évitent volontairement la question de l'esclavage et proposent un débat sur le mode de vie. Qu'il ait existé un mode de vie propre au Sud pour une minorité blanche est incontestablement vrai, mais il s'est construit sur l'esclavage et sur la ségrégation au détriment d'une autre « race », noire. C'est ce qui le caractérise comme raciste. dsleslabo

La manipulation de la mémoire est tout aussi forte du côté de l' O.A.S et des ex de l'Algérie Française. C'est la thèse de la colonisation qui aurait profité de manière harmonieuse à toutes les populations. C'est la thèse de la civilisation apportée de l'extérieur à des indigènes qui n'auraient eu précédemment aucune histoire. C'est la thèse du niveau de vie partagé entre tous équitablement.

Pour continuer le parallèle, à Charlottesville, le général en chef sudiste Lee, présenté par les révisionnistes comme un moderniste, était un grand propriétaire terrien qui possédait plusieurs dizaines d'esclaves. Ces esclaves étaient fouettés, punis, sanctionnés par des gardes assermentés. A la fin de la guerre de sécession, Lee se singularisa en refusant d'échanger les noirs parmi les prisonniers de guerre.

D'après vous, où culmine le révisionnisme ? A Béziers ou à Charlottesville ?

A Oran, l' O.A.S évoque seulement le massacre avéré d'Européens en juillet 1962. Elle oublie de dire qu'elle a mis la ville à feu et à sang dès mars 1962 en tuant des musulmans et en refusant les accords de paix. Au-delà des frontières, un même idéal unit tous les révisionnistes du monde, celui d'une mémoire épurée de ce qui gêne, celui d'une mémoire revisitée.
Il n'est donc pas anodin qu'à Charlottesville les révisionnistes défendent la mémoire du général Lee alors qu'à Béziers ils défendent la mémoire de militaires factieux et putschistes. Le "plus" biterrois, c'est que le maire de Béziers participe au cimetière vieux chaque 5 juillet à la cérémonie d'hommage aux militaires factieux alors que celui de Charlottesville propose de déboulonner la statue du général Lee. D'après vous, où culmine le révisionnisme ? A Béziers ou à Charlottesville ?