Les ressemblances entre les gestions Front National de Béziers et Beaucaire posent la question d'une « labélisation » du parti d'extrême droite tant les similitudes municipales sont récurrentes. On peut se demander si, dans sa grande inventivité, le parti de la fille du père ne donne pas dans le copier-coller municipal à l'échelle nationale.

"Dans les laboratoires de l'extrême droite" par Didier,

Pour ce numéro 19, nous partons chez nos voisins du Gard, à Beaucaire pour un comparatif avec la ville de Béziers. A l'issue de cette visite, nous allons pouvoir mesurer le copier / coller des gestions municipales FN ce qui pose la question :

- Des réelles marges de manœuvre des élus des majorités FN,

- Du rôle plus ou moins occulte des commissaires politiques (les Beck, Pacotte à Béziers) qui exercent de fait le pouvoir à la place du conseil municipal.

1Beziers

les halles de Béziers

 

Avant de parler des similitudes, nous allons évoquer les différences. Julien Sanchez, le maire de Beaucaire, est tombé tout petit dans la marmite du FN puisqu'il a adhéré à 16 ans. Le maire de Béziers est un repenti qui s'est découvert une filiation tardive à . . . la mort de son père.

Décor de carte postale, taux de chômage ahurissant, centre-ville délabré et abandonné, zones pavillonnaires démesurées, boutiques fermées, grandes enseignes de périphérie qui ont tué le petit commerce du centre-ville, ville classée à droite avant de basculer vers l'extrême droite ...

 

1Vbeaucaire

Les halles de Beaucaire

 

Les ressemblances entre les deux villes sont générales et expliquent en grande partie la prise de pouvoir FN en mars 2014. Depuis l'élection municipale, les ressemblances sont devenues des similitudes, nous allons les détailler :

- Une guerre de communication sur les ouvertures. En citant des chiffres invérifiables, les maires FN affirment avoir enrayé les fermetures de commerce. En réalité, ils comptabilisent des ouvertures saisonnières pour les fêtes de fin d'année et pour la période estivale.

- La nomination d'un manager du centre-ville qui prend ses ordres à la mairie.

- Les maires défenseurs de l'emploi n'ont rien fait pour sauvegarder la centrale thermique d'Aramon près de Beaucaire ou pour installer l'enseigne Orchestra à Béziers.

- La remise en cause des conquis des agents municipaux autour du temps et de l'organisation du travail dans les deux villes, parallèlement l'absentéisme est traqué, sanctionné, des agents sont placardisés.

- Des mises en place importantes et quasi générales de délégations de services publics en cours de mandat pour prolonger ou accentuer le passage au privé.

- Une fréquentation exponentielle des tribunaux aux frais du contribuable.

- Une attaque orchestrée contre les commerces maghrébins du centre-ville.

- Une débaptisation des rues du 19 mars 1962, jour pourtant choisi par un référendum national pour être la date officielle de la fin de la guerre d'Algérie.

- Le recrutement de policiers municipaux dans d'autres mairies frontistes.

- Une volonté des maires d'apparaître pour des élus bâtisseurs.

- Une gestion financière municipale sans investissements.

- Une communication quasi permanente sur la chasse au gaspi et sur une baisse supposée des impôts.

- Le refus des deux maires que le conseil municipal soit le lieu où s'élabore la politique municipale.

- Menaces verbales des deux maires envers des élus d'opposition suite à des questions publiques posées en conseil municipal.

Dans le rayon des différences (peut être momentanées !), le goût du maire de Béziers pour jouer au Monopoly avec tous les bâtiments qu'il rachète sur la ville et le scandale écologique de « Sud canal » du maire de Beaucaire qui construit des logements sur un terrain amianté.

S'il reste à comparer la gestion des municipalités FN avec d'autres villes moyennes, la question d'un pack gestion municipale vendu aux maires comme il existe un pack élection vendu aux candidats (voir même rubrique dans le numéro précédent d'EVAB) est ouvertement posée.

Ce qui peut expliquer le nombre record de démissions chez les élus FN. Ce qui invite à proposer à ces mêmes ex-élus de prendre la parole et de raconter leurs déconvenues !