Ursula décrypte les dernières prouesses des forts en com’ de la Mairie et trouve matière à s’ex­tasier. Ce mois ­ci les saillies de monsieur le Maire m’ont gonflée à bloc ! Diable ! C’est qu’il a le sens de l’image, le bougre ! Déjà, dans le journal municipal (JDB) du 15 février il nous fait la surprise d’une délicieuse contrepèterie, p. 14­15, avec ce titre « Cool mouillées » qui n’a de sens que si l’on rétablit « Couilles moulées ».

J’ai toujours goûté ces subtilités de la langue ! Mais décidément bien en veine, le photographe enfonce le gros clou page suivante (p. 16, donc) avec un plan sur des couilles moulées prises par derrière. Cette débauche d’esprit m’autorise à prédire une montée de sève à inscrire dans les annales : le printemps sera testostérone (1), ou ne sera pas ! Parole d’initiée !

ursula tosterone

Les phallophiles ne sont pas laissés pour compte. Partout en ville sur de grands panneaux lumineux, la police exhibe son attribut : le flingue. Pour nous, c’est tout un symbole, un attribut masculin, une icône de la virilité. Des images défilent : un cow­boy en plan américain, Starsky et Huch en action, James Bond en nœud papillon...

 

Le flingue, ce bijou réservé à la famille de la police, est décidément un accessoire très sexy. Le JDB prétend, p. 8, qu’« un agent armé n’a pas le même impact sur le délinquant moyen. Disons que ça calme ! » Je tiens à réagir en précisant que ce n’est pas du tout l’effet que ça nous fait, à nous les femmes!

 

Restaurons la tradition des phallagogies grecques !

 

On croirait ressuscitées nos antiques fêtes phalliques. Les panneaux lumineux de la municipalité évoquent une procession figée de phallophores modernes. Ils remplacent les ministres de Bacchus qui portaient si bien le phallus lors des phallagogies (2). Décidément, pari tenu : vive le retour aux traditions ! Toutefois je m’inquiète. Quelle est donc cette frénésie qui pousse la municipalité à multiplier les symboles virils ? Ne serait­ ce pas l’expression inconsciente d’un complexe avec le sexe ? L’excès trahit la faille. Espérons que la mairie se ressaisira dans le numéro de mars : il s’agira de dissiper l’affreux soupçon d’impuissance qui plane.

 

(1) Principal androgène (hormone mâle), sécrété par les testicules chez l'homme et par les ovaires et les glandes surrénales chez la femme.

(2) Procession où l'on promenait le phallus, dans l'Antiquité grecque.