Depuis 9 ans, chaque mi-octobre, une petite association de passionnés de cinéma, d'arts de rue, de réflexion et de transmission, organise sur un week-end, le festival Echos du doc.

Par Khan Did,

Dédié à Christophe de Ponfilly, qui fut un arpenteur des régions peu connues et donc préservées du globe, et des pays en guerre, dont spécialement l'Afghanistan. Il y filma longuement le Commandant Massoud. Il participa au lancement et parraina ce festival jusqu'à son suicide en 2006.

Chaque année, un thème est choisi. Cette fois-ci, c'était « le corps, enjeu ? ». Les films étaient très variés, de l'évolution et la marchandisation du corps féminin, la troupe de théâtre faite de malades mentaux externalisés suite à la fermeture des hôpitaux psychiatriques à Trieste, l'homme augmenté, le corps de lutte des Femen, à la paternité illustrée par des photos de pères posant torse nu au contact de leur fils.

Il y a deux lieux simultanés de projection : le cinéma du village et un chapiteau monté par les associatifs.

Chaque séance est suivie d'une présentation par le réalisateur, ou le metteur en scène, ou un acteur et d'un débat avec la salle.Une agora en milieu de festival permet d'échanger des idées entre des intervenants variés et le public sur le thème central.

Ill20

Une superbe expo photo de visages d'Inde en noir et blanc était affichée dans la salle des fêtes, réalisée par le photographe Reza, parrain du festival. Des stands militants, comme celui de la Cigale de Saint Pons, le stand de Yannis Youlountas, celui de la Cimade, d'Amnesty proposent des livres et DVD, il y a également des tisserandes locales. La restauration bio et locale permet dans cette grande salle une convivialité joyeuse.

Des animations théâtrales, humoristiques et poétiques assurées par une petite troupe d'artistes amateurs entrecoupent les séances.
On trouve sur internet le site de l'association Echo-ci, Echo-là à l'adresse echodudoc.free.fr. Elle vit par ses adhésions et est reconnue d'intérêt général. Son engagement, son intelligence et son professionnalisme sont remarquables. Petit village, mais beau projet culturel.