Ives ROQUETA, poèta, contaire de tria, e escrivan de la lenga nòstra es arribat al cap del sieu camin amb la començança de l'annada 2015. Es una votz fòrta que se cala.
Es una personalitat marcada tanben que quita l'empont ont los vius brassejan.
Li auriá pas agradat que se faga un laus descabestrat e sucrat de son accion. Aimèt fòrça la lenga-cultura occitana, emai l'aguèsse dicha mòrta còp e còp.

Nasquèt a Seta en 1936, aquela annada del Front Popular e se n'anèt acompanhat per mantunas voses, pas totas d'esquèrra, pecaire...
Los besierencs, mai que mai los que trevèron los corredors del licèu Enric IV, se'n bremban plan: l'Ives i ensenhèt las letras classicas e l'occitan pendent d'annadas. Participèt coma capdèl, amb d'autres, a la fondacion del CIDO que venguèt puèi lo CIRDÒC plan conegut.
Mas la marca mai estrambordanta de l'engenh d'aquel òmes foguèt son biais de far de literatura orala: foguèt LO mèstre per aquò far.
Artista imprevisible, perdonem li çò que cal perdonar als artistas.

Lo poèma çai-sos, que l'escriguèt quand èra jove encara, ditz plan que se volguèt vodar a prene la pluma pel brave mond que vivon de la tèrra e del trabalh de sas mans long de sa vida. Adieu-siatz, mèstre Roqueta, que cresiatz en Dieu. Vos assolidam que la lenga, nosautres, la portam encara, la parlam encara, e tot aquò coma vos, en plena libertat!

L'escriveire Public
Quand aurai tot perdut
mon lassitge, ma lenga, e lo gost de luchar
me virarai encara un còp cap a vosautres
òmes mieus

carretièrs, jornalièrs, pastres, varlets de bòria
caratges doblidats, esperduts renegats
òmes dels vilatges esconduts
dins un temps que vòl pas
que pòt pas espelir
e traparai dins vòstre agach
dins lo quichar de vòstras mans
dins vòstres crits mandats de longa
de fons a cima de la tèrra
e que degun pòt far calar
una rason de creire encara.

Tornarai èsser per vosautres
abitants grèus e maladreches
d'un país de la votz d'enfança e de tèrra
lo mainatge qu'ai pas quitat d'èsser,
un enfant de la vila en cèrca de l'amor
del pibol plegadís coma un cant de pelhaire
trevant los nauts pelencs de la vòstra mementa
d'òmes que sabon tot, sens aver res legit
que lo libre del temps que fa.

Quilharai una taula
contra lo vam dels sèrres
e me farai per vosautres
escriveire public.

Ives Roqueta, 1958.

 

VERSION FRANÇAISE :
Hommage à Yves ROUQUETTE

Yves ROUQUETTE, poète, conteur d'exception, et écrivain de notre langue occitane est mort au tout début de l'année 2015. Une voix forte vient de se taire.
C'est également une forte personnalité qui quitte la scène où gesticulent les vivants.
Cela ne lui aurait pas fait plaisir que l'on fasse l'éloge de son action sans mesure et à grands coups de pommade. Il aima énormément la langue et la culture occitane, même s'il en prédisait la mort, souvent.

Né à Sète en 1936, année qui vit l'arrivée du Front Populaire, il s'en va accompagné par diverses voix, pas toutes de gauche, peuchère...
Les Biterrois, et surtout ceux qui ont hanté les couloirs du lycée Henri IV, se le rappellent bien : Yves y enseigna les lettres classiques et l'occitan pendant des années. Il participa activement à la fondation du CIDO qui devint ensuite le CIRDOC bien connu.
Mais la caractéristique la plus marquante du génie de cet homme fut sa façon de faire de la littérature orale : on peut dire qu'il fut LE maître en ce domaine.
Artiste imprévisible, pardonnons lui ce que l'on doit pardonner aux artistes.
Le poème qui suit, qu'il écrivit alors qu'il était jeune encore, dit clairement qu'il souhaita vouer son existence à prêter sa plume aux gens simples qui vivent de la terre et du travail de leurs mains pendant toute leur vie. À Dieu, maître Rouquette, car vous croyiez en Dieu. Nous vous affirmons que la langue, nous autres, nous la portons encore, nous la parlons encore, et cela comme vous, en toute liberté !

L'écrivain public
Quand j'aurai tout perdu
ma lassitude, ma langue, et le goût de lutter
je me tournerai encore une fois vers vous autres
hommes miens
charretiers, journaliers, bergers, valets de fermes
visages oubliés, renégats consumés
hommes des villages cachés
dans un temps qui ne veut pas
qui ne peut pas poindre
et je sentirai dans votre regard
dans vos vigoureuses poignées de mains
dans vos cris sans cesse lancés
du fond à la cime de la terre
et que personne ne peut faire taire
une raison de croire encore.

Je serai de nouveau pour vous autres
habitants graves et maladroits
d'un pays de la voix de l'enfance et de la terre
le petit enfant que je n'ai cessé d'être,
un enfant de la ville en recherche de l'amour
du peuplier souple comme un chant de chiffonnier
hantant les hautes pelouses de votre mémoire
d'hommes qui savent tout, sans rien avoir lu
sauf le livre du temps qu'il fait.

Je dresserai une table
contre la force des montagnes
et me ferai pour vous autres
écrivain public.

Yves Rouquettte, 1958.