Ami-e lectrice, lecteur je m'adresse à toi non pas solennellement mais bien sous la forme d'une invitation.

par DGRojoyVerde,

Une invitation à nous décrire la ville de Béziers, ta ville si tu y résides ou y as résidé, simple curieux-se, touriste occasionnel-le, parent-e d'un proche que tu visites parfois. Pour nous dire quelle est ta ville. Pour nous dire que tu l'aimes selon ses jours, ses humeurs, son atmosphère du moment.


Fais nous savoir quelle vue tu préfères de la cathédrale. Celle depuis l'entrée de ville par la route de Narbonne, qui expose entièrement sa façade principale et devient le point de départ de toute la façade de ville de ce côté-ci ? Ou bien celle que tu vois depuis les bords de l'Orb, posée comme la proue d'un vaisseau qui bombe le torse devant ceux qui viennent s'approcher ? Ou bien encore, celle depuis la route de Maraussan, vue sur le flanc avec ses remparts d'une belle couleur ocre sous les rayons du soleil couchant ?


Dans quel marché aimes-tu flâner ? Celui de la Devèze, du samedi surtout, qui rassemble tout ce que la Méditerranée compte de couleurs et de saveurs ? Celui du vendredi place du 14 juillet ? Bruyant, grouillant d'une foule bigarrée, de touristes hébétés, de politiciens en quête de voix et de suffrages. Celui de la place de la Madeleine ? Plus écologique, paysan, intimiste.

Dis nous lectrice, lecteur, quel est le Béziers que tu aimes


Dans quelles rues déambules-tu ? Quelle façade attire inexorablement ton regard ? Quelle vue depuis les remparts préfères-tu ? Depuis l'Eglise Saint Jacques ? Depuis la cathédrale où tu épouses d'un regard le mont Caroux posé en contrefort de la plaine biterroise baignée de ce soleil qui se couche derrière elle en l'inondant de sa superbe lumière, changeante tout au long de l'année.


Dans quel café aimes-tu t'attabler et refaire le monde avec tes ami-e-s ? Quel quartier a ta préférence et pourquoi ?


Quel moment de la semaine de l'année préfères-tu ? L'été étouffant et propice à s'en éloigner vers des endroits plus frais, gardant un rythme tout méditerranéen, lent comme le soleil de plomb qui assomme et fait lézarder à l'ombre de ses murs, ses églises, ses jardins cachés. L'automne et son ciel parfois chargé d'orages dantesques, dont la fulgurance des éclairs déchire la nuit de lumières en forme de flashes intenses avec un tonnerre qui gronde comme la colère pour une ville qui s'est trop enivrée des longues nuits de Féria du mois d'août.


Dis nous lectrice, lecteur, quel est le Béziers que tu aimes car elle n'est pas la ville d'un seul homme petit et médiocre, aussi passionnément égoïste soit-il. Cette ville appartient à tous ceux qui la font vivre, font battre ses artères, font la rumeur joyeuse, contrariée, désintéressée, festive, bruyante, indolente selon les moments et les affres des uns et des autres.


Nous attendons de lire ce que Béziers pour toi est le nom, et si ces quelques bribes de description aux formules subjectives, incomplètes, maladroites de l'homme qui l'aime avec lucidité a pu susciter une motivation première, alors à ta plume, ton stylo, ton carnet, ton écran, ton clavier pour nous offrir tes productions que nous serons heureux de partager. Pour exprimer que cette ville est infiniment plus que tout ce que quelques-uns essaient de faire croire qu'elle est ou n'est pas.