Nos politiques pratiquent de plus en plus la violence et le mépris après avoir courtement flatté, peloté et peigné dans le sens du poil leurs futurs espérés électeurs.

Par Khan Did,


A la différence du burkini, on ne vous a pas cassé les oreilles avec Bure et le projet fou d'y enfouir les millions de tonnes de déchets radioactifs ultimes de notre principale source « d'énergie verte ». Il porte le doux nom de Cigéo et consiste à balayer sous le tapis et soustraire à la vue (hop!magie!) les isotopes dont certains, comme le plutonium constitutif du Mox, génial combustible d'Areva, notre encombrant « fleuron nucléaire » ont une demi-vie chiffrée en millions d'années…


Le tapis, c'est le sous-sol argileux situé sous la belle forêt de Bure, dans les Vosges. Une ZAD (zone à défendre) s'y est installée. Les incohérences et la dangerosité de ce projet dont nul ne maîtrise l'évolution à moyen, long et très long terme sont telles que les autorités, après avoir évacué manu militari, les « djihadistes verts » de la ZAD et commencé à laisser arracher les arbres, ont reçu l'ordre de tout arrêter car les calculs de l'Andra (agence nationale de gestion des déchets radioactifs) appelaient de sérieuses remises en question. Vous vous souvenez des 40 hectares de forêt arrachés au Testet, de la violence de la gendarmerie, de la mort de Rémi Fraisse avant qu'on s'aperçoive enfin que le projet antédiluvien du barrage était ridicule, coûteux et inopérant.

 

On a fait rigoler le monde entier, on s'est baignés et roulés dans le ridicule (comme si on en avait besoin…)


Exit donc, provisoirement, Bure, mais pas d'intoxication médiatique de la population sur ce sujet accessoire…


En revanche, alors là, avec le burkini, on tenait un sujet capital et qui allait occuper utilement les manants pendant qu'on leur administrait en douce purgatifs et lavements bien corsés, comme le 49-3 sur la loi-licenciements dite El Khomry, ou la réforme emballante des collèges.


D'où la saturation médiatique ad nauseam, les gonflements de biceps de maires, députés, et premier sinistre bravant la loi et balayant les prescriptions du Conseil d’État. Tout ça pour une sorte de combinaison de plongée supposée entraîner le pays dans la déstabilisation et l'insécurité !


On a fait rigoler le monde entier, on s'est baignés et roulés dans le ridicule (comme si on en avait besoin…)


Mais surtout on a encore exercé sur des femmes musulmanes une violence insupportable (dépouillement d'un voile par les pandores en pleine plage, refoulement d'un estaminet par un pauvre type qui ne trouve rien de mieux que d'humilier plus « humiliable » que lui). Déjà les donneuses de leçons françaises de type féministe parlent en leur nom de « libération de ces pauvres femmes » sans donner la parole aux personnes concernées, et sans avoir la décence de se taire alors qu'en France, les députés mâles font « cot-cot-codêt » quand commence à parler une collègue femelle ou mettent les mains sur les avantages physiques de leur secrétaire.


C'est entre autre cette humiliation et ces violences qui préparent la guerre civile et non Daech.

BEUARK !