En plus du soin apporté aux réfections de façades où s'affrontent crânement les rôles de l'Agglo et de la Ville, et des décorations de boutiques vides décrites dans un autre article, nous découvrons au gré de nos promenades de pieuses fresques sur Saint-Jacques de Compostelle et son pèlerinage.

par Khan Did,

On pourrait croire qu'elles sont déployées sur le mur d'une église ou de son jardin.
Mais non, surprise !

Elles ornent l'arrière de l'école maternelle publique et laïque Carnot, vous savez, cette école dont tant de prénoms sont manifestement musulmans, et qui assure l'amont de l'école primaire publique et laïque Gaveau-Macé dont le maire ne ferait volontiers qu'une bouchée pour la remplacer par un hôtel de luxe dans le quartier enfin gentrifié de Saint-Jacques.

Alors, pourquoi ne pas prononcer, tant qu'on y est, la transformation de Carnot en une maison de la manif pour tous dont la gestion serait assurée par la mairesse en union avec l'Opus Deï ?