Vous l'avez sûrement remarqué comme moi. Dans les radios nationales que j'écoute, plutôt service public, deux sujets sont permanents. Tous les journaux d'information, tous les flashes d'infos abordent systématiquement le point sur la météo et le point sur la Bourse !
par Robert Martin


Je sais qu'il existe des passionné(e)s de la météo et je les respecte, même si je ne comprends pas cette soif de savoir le temps qu'il fera dans le reste de la France voire en Europe. Pour la météo locale, il suffit de regarder par la fenêtre pour savoir le temps qu'il fait et facilement entrevoir le temps qu'il va faire dans le reste de la journée. Je peux comprendre celles et ceux pour qui ces informations sont indispensables et nécessaires. Je pense aux agriculteurs en particulier. Mais il suffit pour ces professionnels de consulter la météo sur internet, bien plus précise et bien plus localisée.

La météo même locale, je m'en contrefous. De là à me la seriner toutes les heures ... J'en peux plus !


Pour la Bourse, c'est autre chose. Donner la tendance du marché boursier, la hausse ou la baisse, la valeur des actions du CAC 40 et ça toutes les heures, ça intéresse qui ?
Soit vous êtes un boursicoteur ou un professionnel de la finance et c'est pas les infos boursières de la radio nationale que vous attendez pour vous informer. Vous avez là aussi des sites spécialisés avec des informations minute par minute sur le marché boursier.

Alors, d'un côté on nous abreuve d'éphémères infos météo pour focaliser notre attention sur l'état du ciel et sur rien d'autre. De l'autre, on nous impose les cours boursiers dont on n'a que faire et qui constituent le cœur même du système financier. Le but ? bien nous montrer que le thermomètre de notre bonheur et notre avenir, c'est la Bourse qui l'indique ! Ce bourrage de crâne, jour après jour, de l'état du marché financier nous habitue à n'entrapercevoir la vie économique et sociale qu'à travers son plus intolérable outil de soumission.

 Ils voudraient qu'on soit intelligents et ils nous prennent pour des cons" disait Coluche. On y est, non ?


Du pain et des jeux pour les Romains, la météo et la bourse pour nos générations. Même objectif de nous détourner des vrais enjeux, même méthode pour écarter les bonnes questions. Ne faudrait-il pas d'ailleurs supprimer la Bourse pour qu'enfin on retrouve une économie réelle ? Je rêve que le dérèglement climatique annonce une vague de catastrophes "naturelles" sur le marché financier et un tsunami sur la Bourse, son bras armé !


La Bourse ou la vie ? la vie, la vraie !