Le n°5 du journal de Béziers vient de paraître, et à sa lecture cela ne fait plus aucun doute : Robert adore le caca. La question qu'il nous reste à trancher est : quel est son animal totem ? Est-ce la mouche qui butine d'étron en étron ? Ou bien le bousier, qui avec acharnement, fait rouler sa boulette ? Le bon côté des choses c'est que l'odeur nous remet en mémoire les raisons de l'existence de notre journal « En vie à Béziers ».

 

 

supercaca

 

 

Voici que la population de Béziers est prise en otage sous un « Non au terrorisme islamique ». En d'autres temps j'aurais prêté ce slogan à BHL qui s'exclamait : « Non au goulag soviétique ». Il est étonnant de constater quelle vacuité d'esprit unit Ménard et BHL car, une fois que l'on a dit ça, on a pas dit grand chose. Les deux personnages ont accédé à la notoriété grâce à leurs gesticulations médiatiques. Tant il est vrai que ce ne sont pas les hauts faits journalistiques de Robert Ménard à Radio France Hérault qui nous l'ont rendu célèbre. J'invite tous nos lecteurs à jeter un coup d'œil à la page 11 du JDB pour se rendre compte à quel point notre « reporter sans frontière » nous tire vers le haut. Quel genre de presse trouve grâce à ses yeux ? S'agit-il de liberté d'expression ?

« C'est une lente infiltration ». De quoi parle-t-on, d'un point de vue scatologique s'entend ? Plus loin page 7 : « Les bousiers montent à la capitale » ? Page 9 « Crèche de Béziers : Glissade tragique » ?

 

Mairedeusement votre