Dans le dernier journal de Ménard, deux articles m'ont fait réagir, tant ils sont une réécriture de l'Histoire. : « 2001 : l'islamisme frappait déjà à Béziers » et « En finir avec une date infamante ».


« 2001 : l'islamisme frappait déjà à Béziers ».

Jean Farret, qui a été abattu le 2 septembre 2001 à Béziers, n'est pas une victime de l'islamisme, mais victime d'un forcené qui avait maille à partir avec la police. Le forcené pensait d'ailleurs descendre un policier à cause du gyrophare sur la voiture. Tout cela est expliqué dans le JT de France2 qui parle d'un « western meurtrier à Béziers » (1). Mais les simples faits ne servaient pas Ménard, alors il les transforme pour abonder son propos anti-musulman.

 

Dans de très nombreuses villes de France, des rues s'appellent 19 mars 1962

 

Le deuxième article, « En finir avec une date infamante » est d'une plus grande gravité.

Dans de très nombreuses villes de France, des rues s'appellent 19 mars 1962 : c'est le cessez-le-feu en Algérie, jour où les français ont été soulagés d'en finir avec cette guerre coloniale. Une sale guerre qui déshonorait la France : le référendum du 8 avril 1962, approuve à plus de 90% les accords d'Evian et l'autodétermination de l'Algérie.
Pour Ménard, c'est « une capitulation en rase campagne ». Pour lui, la paix est une défaite  On apprend donc que le pouvoir de l'époque a  «liquidé la plus grande France » !!! Cette plus grande France, c'est l'Algérie ! Cette Algérie peuplée de musulmans. Musulmans que Ménard veut aujourd'hui bouter hors de France ! Va comprendre... Discours colonialiste d'un autre âge : pas étonnant qu'il encense le nom d'un putschiste « Algérie française » en lui donnant un nom de rue.
Ce journal n'est pas celui de la ville, pas celui des Biterrois. Les biterrois ne sont pas colonialistes : comme l'immense majorité des français, ils n'ont pas soutenu l'OAS. Comme l'immense majorité des français, ils ne sont pas des va-t-en guerre.
Volonté de réécrire l'histoire aussi quand il confie à Renaud Camus - écrivain engagé politiquement à l'extrême droite - le soin d'écrire une histoire de Béziers ! Ce même Renaud Camus qui a appelé  à voter Marine Le Pen aux dernières élections présidentielles... Nous avons donc encore de l'histoire réécrite à venir... Et ce sera à nous d'y veiller. Et de corriger.

 

Le journal de france 2