La liberté de conscience, de croyance et la liberté d'exercice du culte qui en découle me paraissent essentiels pour la vie en commun, en paix, dans le respect de tous. La loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat est d'abord une loi de tolérance et d'apaisement.

Par Robert Martin


De même, la neutralité de l'Etat et le non-financement des religions sont des points essentiels de cette laïcité à la Française qu'il faut défendre. Mais cela ne doit pas empêcher l'expression de la critique des religions, c'est aussi çà la liberté d'expression. Je respecte les personnes croyantes mais ni leurs croyances ni les Dieux qu'elles vénèrent! Je ne suis pas islamophobe si je critique l'islam pas plus que je ne suis antisémite si je critique la religion juive ! Par contre je l'avoue, je suis athée et laïque ! L'islamophobie ou l'antisémitisme (judéophobie)  sont vécues comme des intolérances comme l'homophobie ou le racisme. Etre anti-corrida ou anti-fasciste  me classe-t-il dans la catégorie des intolérants ? La réflexion sur l'intolérance est intéressante dans ce contexte car on l'a souvent associée à la religion. Les églises et les sectes ont beaucoup écrit et dénoncé ce qu'elles appellent l'intolérance religieuse et l'ont utilisée pour se victimiser. Mais les religions ne sont-elles pas l'exemple même de l'intolérance ? N'en portent-elles pas les germes dès l'origine alors qu'elles se proclament tolérantes, généreuses et pacifiques ?

 

La religion, c'est la violence et la guerre


Tout a basculé avec les religions monothéistes. S'il n'existe qu'un seul Dieu, celui de mon voisin, s'il n'est le même que le mien est forcément un faux Dieu ! Il est donc illégitime et celui qui croit en lui est dans l'erreur. Mon voisin n'est donc pas une créature de mon Dieu ? Comment sauver ce soldat  perdu ? Il faut donc le convertir pour qu'il rejoigne le royaume des créatures de mon Dieu. S'il résiste, s'il se montre récalcitrant à ma vérité c'est qu'il appartient aux forces du mal et mérite donc la mort (1). L'intolérance et la haine de l'autre ont commencé par le refus d'accepter sa différence de croyance. Et je ne parle pas de ceux qui avouaient ne croire en aucun Dieu. Pour eux, même punition bien sûr. Ils devenaient les pires des hommes, immoraux, détestables, immondes et surtout incarnation du mal. Et les mots n'ont pas manqué pour qualifier ceux qui ne se soumettaient pas à la loi de Dieu : athées bien sûr mais aussi mécréants, agnostiques, incroyants, irreligieux, infidèles, incrédules, impies. Que des préfixes privatifs qui sous-entendent la négation, le manque, la démarche d'opposition. Et que de meurtres et de sang depuis des siècles et jusqu'à  aujourd'hui !  La religion, c'est la violence et la guerre ! Tous les textes consacrés à l'anthropologie religieuse s'accordent sur un point : les Dieux ont toujours soif de sang !


Dieu n'est qu'une hypothèse et "la croyance, une certitude sans preuve" (JC Carrière) et pourtant pour asseoir sa légitimité, ce Dieu virtuel transmet ses volontés à travers les "écritures", les "tables de la loi", les "testaments". Siècle après siècle se sont bâties les "saintes écritures", kit du prêt à penser pour répondre à toutes les questions, kit du prêt à vivre pour des générations. Mais ces textes, Bible, Coran, Torah ont été utilisés par les "églises" dans une même pulsion de mort et par une série de mépris et de haines identiques : " haine de la raison et de l'intelligence, haine de la liberté, haine de tous les livres au nom d'un seul, haine de la vie, haine de la sexualité, des femmes et du plaisir, haine du féminin, haine des corps, des désirs, des pulsions. En lieu et place de tout cela, ils défendent : la foi et la croyance, l'obéissance et la soumission, le goût de la mort et la passion de l'au-delà, l'ange asexué et la chasteté, la virginité et la fidélité, l'épouse et la mère, l'âme et l'esprit " (Traité d'athéologie - Michel Onfray - 2005)


Tout le contraire des valeurs pour lesquelles je me bats et il faudrait ne rien dire ! Car c'est la Bible à la main et Jeanne d'Arc comme étendard que Marine Le Pen attise la haine des musulmans et la xénophobie. C'est sous couvert de l'histoire du peuple juif contenue dans la Torah qu'on expulse, humilie, colonise et massacre les Palestiniens. C'est au nom du Coran, que Daech décapite en Syrie et assassine à Paris. Les catholiques en leur temps y ont pris aussi leur part et ont fait couler le sang de ceux qui ne faisaient pas allégeance à l'église au nom de cette même Bible : massacre des cathares, inquisition, croisades diverses, Saint Barthélémy et j'en passe  ... Tous ces combattants de la foi, ces fous de Dieux sèment donc la terreur, en tout temps et en tous lieux au nom d'un Dieu de paix et miséricordieux. La bonne blague !

 

Dieu est de retour et ce n'est pas bon signe pour l'avenir de l'humanité

 

Alors, vous tous, croyants du monde entier et de toutes obédiences, quelle société nous proposent vos croyances, vos religions, vos "églises" ? Basée sur quelles valeurs ? Quel monde voulez-vous ? Comment conciliez-vous le siècle des Lumières, la déclaration universelle des droits de l'homme, des droits des femmes et celle des enfants, toutes les luttes pour la liberté et l'émancipation, toutes les batailles pour l'égalité et contre l'obscurantisme avec vos textes de référence religieuse, vos valeurs, vos certitudes, vos pratiques, vos combats. C'est au nom des religions que se mènent aujourd'hui des combats (chrétiens comme musulmans) pour le créationnisme et contre le darwinisme, contre l'avortement, contre le progrès, contre la science, contre les libertés, contre la démocratie, contre les libertés acquises depuis des centaines d'années par des hommes et des femmes à la recherche d'un autre monde, d'autres relation humaines, d'un mieux vivre plus égalitaire et plus fraternel, plus généreux et plus émancipateur. Ils ont fini par imposer la laïcité de l'Etat, le respect de tous par la liberté de conscience mais aussi la liberté de culte. Ces combats sont l'exact opposé de la chape de plomb aliénante qu'on  impose à ceux qui préfèrent les fictions apaisantes des enfants aux certitudes cruelles des adultes.


La raison doit l'emporter sur la croyance aveugle pour que les hommes se réapproprient leur histoire et leur destin, qu'enfin les êtres humains redeviennent le centre d'un monde défait de croyances désuètes d'un passé désormais révolu. Réveillez-vous, philosophes des Lumières, révolutionnaires de tous poils, Dieu est de retour et ce n'est pas bon signe pour l'avenir de l'humanité. Croyantes et croyants, je ne peux m'empêcher de penser qu'on vous leurre, qu'on vous trompe, qu'on vous manipule et qu'on vous ment ! L'obscurantisme n'est pas mort et  il représente un danger pour nos sociétés.

 

Je préfère l'esprit des Lumières au Saint Esprit !

 

Face à cette intolérance historique liée à l'essence même des religions, il faut promouvoir la tolérance mais pas la complaisance et je préfère l'esprit des Lumières au Saint Esprit ! Je ne peux me résoudre à laisser resurgir au XXIème siècle des problématiques, des croyances, des combats que l'on croyait avoir gagnés car plus la religion avance plus l'humanité recule ! Il nous a fallu des siècles pour qu'enfin la religion trouve la place individuelle qui doit être la sienne, celle de la conscience et de la foi personnelle, de la croyance et de la peur de la mort, des réponses aux angoisses de l'existence voire une aide personnalisée devant les accidents de la vie. Elle n'a pas vocation dans nos démocraties et républiques laïques à organiser la vie publique et la vie sociale. Encore moins, au nom de nos propres valeurs, d'imposer les siennes. Je ne confonds pas la liberté d'expression, de conscience et la liberté de culte avec l'exploitation par les "églises" de la crédulité individuelle, l'institution d'une vérité divine par des textes sacrés, l'instrumentalisation et le détournement, l'exploitation et les intérêts en jeu, le recul de la raison et l'instauration du mystique, l'aliénation même librement consentie des croyants et surtout des croyantes. Les lois de 1905 étaient un compromis entre l'église catholique et la République. Mais le combat anti-religieux reste un vrai combat pour la paix, la liberté et l'émancipation : un combat qu'il faut continuer à mener !

Alain Souchon a tout dit dans  sa chanson :

 

Et si en plus Y'a personne (2005)

de Alain Souchon

 


Abderhamane, Martin, David


Et si le ciel était vide


Tant de processions, tant de têtes inclinées


Tant de capuchons tant de peur souhaitées


Tant de démagogues de Temples de Synagogues


Tant de mains pressées, de prières empressées
(...)
Abderhamane, Martin, David


Et si le ciel était vide


Il y a tant de torpeurs


De musiques antalgiques


Tant d'anti-douleurs dans ces jolis cantiques


Il y a tant de questions et tant de mystères


Tant de compassions et tant de révolvers
(...)
Abderhamane, Martin, David


Et si le ciel était vide


Si toutes les balles traçantes


Toutes les armes de poing


Toutes les femmes ignorantes


Ces enfants orphelins


Si ces vies qui chavirent


Ces yeux mouillés


Ce n'était que le vieux plaisir


De zigouiller


 

(1) voir La controverse de Valladolid de Jean-Claude Carrière)