À chaque numéro du JDB son fil conducteur. Ce mois-ci c'est les couilles, donc boules conductrices, restons cohérents. Noël est encore loin. L'ouverture de la saison de pétanque approche...

Burnes - journal envie a beziers

Pour libérer la parole, notre prochain phénomène, Bernard Lugan, « parle viril dans un monde châtré ». Pierre Augé se surpasse, et parvient à nous en placer quatre dans une même phrase ; n'est pas vainqueur de Top Chef qui veut. « ...Personne n'a les couilles de venir me le dire en face, ça me fout un peu les boules... ». En voilà un qui n'hésite pas à mettre les couilles sur la table.

 

Bon appétit !

 

Puisque nous en sommes à ce genre de considérations, il me revient une métaphore populaire assez savoureuse : « Mes couilles sur ton nez, ça te fait des lunettes ?». Soutenu par l'ensemble de la rédaction, je ne lâcherai rien sur le terrain de la roubignolade !